Dans mon jardin

Dans mon jardin,

J’ai lancé sans peine quelques graines

D’aromates et de romaine.

Dans mon jardin,

J’ai décliné les choux et goûter les épices ;

À l’aurore, j’ai loué les coccinelles complices.

Dans mon jardin,

A l’ombre d’un lilas, un bouquet de pivoines

Rouge écarlate émerveille la chélidoine.

Dans mon jardin,

Les pois baignés de soleil jouent côté cour

Dans leur théâtre de velours.

Dans mon jardin ;

Pêchers roses et cerisiers blancs

Exhalent leur parfum chatoyant.

Dans mon jardin,

Un bourdon insolent froisse en soirée

La jupe légère de quelques anémones égarées.

Dans mon jardin,

Une fontaine cristalline chante les oisillons,

Solfège printanier qui enveloppe la fraise  d’un corset vermillon.

Dans mon jardin,

Quelques perles de muguet dans leur écrin moussu

Égrainent le temps qui passe à mon insu.

Dans mon jardin,

J’ai trouvé ma belle, Flore et Aphrodite réunies

Je lui ai promis des roses, elle m’a promis des fruits.

Guy E – janvier 2020

Promenade

Promenade

.

Quelques traces se souviennent de mes pas dans la neige,

Quelques chants m’appellent dans les arbres, florilège,

Quelques reflets m’éblouissent, vertige de la mare

Et ce ciel pâle qui m’invite à l’éveil des sens

Alors qu’une légère brise fronce la surface 

Ce même souffle qui me caresse la face.

Je ne suis plus seul, dans mon errance.

Mes pensées du passé se mèlent et s’enmêlent

Senteur d’humus, de mousse, et de sous-bois.

Devant, la croisée des chemins, frisson du choix,

Un écureuil traverse le sentier à cet endroit ;

Tu me reconnais ? Te souviendras tu de moi ?

Les ombres s’allongent, il est trop tard pour rêver.

.

Guy E – janvier 2021

Le repos du chevreuil

Le repos du chevreuil

.

L’heure où la lumière envoie ses derniers rayons,

Le brocard broute enfin quelques frondaisons.

Au loin les chiens s’apaisent, l’ombre de la mort s’éloigne,

Le cor de Vigny s’est tu, le silence en témoigne

.

Il franchit les ruisseaux, il gravit les cascades,

À travers les prairies fleuries, léger, il gambade ;

D’un surplomb de rochers, il en fait son repaire,

Puis se pose à l’ombre d’un chêne solitaire.

.

La biche le rejoint, c’est la fin du calvaire.

Alors, ils s’enfoncent sans peur ni retenue.

Dans cette forêt profonde, ils s’insinuent.

.

Artémis a rejoint Actéon sans impaire.

Le crépuscule les enveloppe ; dormez tranquilles !

Demain, les chiens défaits resteront au chenil.

.

Guy E – janvier 2021

Voie lactée

Voie Lactée

.

Penché à la fenêtre, mon âme vagabonde     

Commence à gravir les marches étoilées :

Chemin stellaire ou artère profonde

Qui pénètre quelque abîme constellé.

.

Étrange branche galactique parsemée

De poussière d’or et d’argent où nait et meurt

Ébloui de soleil quelque terre animée

Planète sans vie, irradiée de blancheur.

.

Baigné de néant, l’éther divin s’illumine 

Dévoilant à merveille Cassiopée et Orion

Décochant dans l’azur sa flèche sibylline.

.

Lueurs infinies, vos tendres rayons me bercent.

Et mon esprit s’évade au son des violons.

Dans le ciel azur, anges et démons se dispersent.

.

Guy E – janvier 2021

Sonnet de l’espoir





Sonnet de l’espoir

Je me lève, je vis, je m’endors et sombre,

La vie me rappelle trop vite et trop courte.

Quelle route, quel signe, tout est ombre,

A l’heure du choix, les minutes s écourtent.

.

A l’horizon, le ciel se déchire, lumière noire,

Les nimbes s’ouvrent, effacent la douleur.

Chemin de vie ou signe d’espoir,

Dans cette nouvelle vie, je serai acteur.

.

Lorsque seul, il n’y a plus que toi,

Alors et seulement, je crois en moi,

Le doute est-il là, mais où est-il ?

.

Désiré et espéré, enfin le bonheur est à l’aise.

De mon premier malheur, il en oublie la thèse ;

Harmonie des sens que j’aime ton style.

.

Guy E -janvier 2021