Mon amie, mon amour

Mon amie, mon amour

.

Mon amie, mon amour, vendange le moment !

La tourterelle est là, déjà elle t’appelle.

Les oiseaux devancent tes pas à tire d’ailes.

Parcours les allées, le bonheur t’attend.

.

La vigne se colore : vendange cet instant !

Chaque grappe t’appelle, il te faut la goûter.

Dépêche-toi m’amie, il n’est plus temps de rêver.

Les passereaux te parlent, ton cœur est éclatant.

.

Le soleil sucre le grain : vendange tes années !

Tu en as le temps. Tu peux les attraper,

Vis en chaque journée, cueilles-en chaque grain.

.

Le raisin a muri : vendange ton bonheur !

Ton millésime est certes, une douce liqueur,

Dont nous devons nous enivrer chaque matin.

.

Guy EDUS – mars 2021

Mon vaccin

Mon vaccin

Un nouveau printemps est là, le virus demeure.

Sur la terre, sans vergogne, il dissipe la peur 

Et active sournoisement la défiance.

Aucun dialogue ne supprime la méfiance.

.

Notre belle France, patrie de Pasteur, enrage.

Existe-t-il un vaccin contre les commérages ?

Sur les petites ondes et les grands écrans,

Tout à chacun se prend pour un démiurge

Dont le génie exprimé par les dramaturges, 

Contredit de nos concitoyens le bon sens, 

Trop souvent occulté par la méconnaissance.

.

Puissance de la science, un vaccin en est l’essence :

Inconscience de certains ou antithèse de l’excellence ?

Mettant en avant un manque de certitude, 

Ces vaccins décriés, génèrent l’ingratitude,

La source de nos maux et de notre discorde.

.

Principe de précaution, point de miséricorde.

Disproportion du doute, la faute à nos dirigeants !

Cette résistance est pour le moins affligeante.

C’est ainsi que pour retrouver ma liberté,

C’est décidé, je me fais vacciner.

.

Guy EDUS – mars 2021

Le Martin pêcheur

Martin pêcheur

.

En eau vive, qui est ce pêcheur du matin,

Chasseur affuté, fervent de menu fretin ?

Fugace flèche brillante au bord du bassin,

De cette eau pure en serait-il le riverain ?

.

D’un trait irisé, il traverse roseaux et joncs.

Nul besoin de filet pour pêcher le goujon.

Martin pêcheur, il n’est pas un marin pêcheur.

Aux aguets, corail et saphir sont ses couleurs.

.

Triomphe de patience, un poisson frétillant-

Aucun besoin d’appâts- s’égare innocemment :

Sur un coup d’aile, il plonge, étincelle bleutée,

Puis émerge des flots, le bec récompensé.

.

L’alevin malchanceux vainement se débat. 

La partie ne donne pas lieu à un ébat.

Notre vif compère change déjà de branche,

Prêt à refaire une victime sans revanche. 

.

Guy Edus – Mars 2021

Une abeille ne fait pas le printemps

Une abeille ne fait pas le printemps

.

Une abeille qui bourdonne ne fait pas le printemps.                 

Mais que penser alors de ce nuage ardent

Qui sort de la ruche et s’envole dans les airs,

À la recherche d’un calice à peine ouvert ?

.

Une jolie primevère attend toute embaumée,

Confiante et féconde qu’une abeille charmée

Vienne goûter, toute émue, à ses tendres délices.

Point de doute, la saison est venue sans malice.

.

L’abeille, bousculée par un désir pressant,

S’enivre de nectar puis s’envole en peinant.

Alourdie et enrichie de cette poudre d’or, 

De fleur en fleur, rose après rose, elle vole encore.

.

L’orage gronde, elle doit sauver son butin :

Tandis que le zéphyr la pousse sur d’autres chemins,

À tire d’ailes, saine et sauve, elle regagne la ruche,

Déposant fièrement son trésor sans embûche.

.

Jour après jour, la ruche besogneuse s’alourdit.

Fruit de ce dur labeur, le couvain s’enrichit.

Les alvéoles se remplissent de ce miel ambré

Que nous pourrons à la cuillère déguster.

.

Guy EDUS – mars 2021

<p value="<amp-fit-text layout="fixed-height" min-font-size="6" max-font-size="72" height="80">

Occitanie

Occitanie

Par-delà les marais, au-dessus des étangs,

Quelques reliefs rebondis, dominent le midi.

Des Alpilles au Ventoux, le soleil irradie

De ces rayons ardents le paysage occitan.

.

Accompagnant le Rhône, un vent fourbe

S’engouffre sans retenue entre ses flancs.

Entre les ceps, il s’oublie sur chaque versant,

Fouet qui tourmente les cyprès qui se courbent. 

.

Il fond sur la Camargue, balaie les manades.

Oliviers et amandiers colorent les coteaux

Tandis que la lavande embaume le plateau.

Au pays de Van Gogh, les tournesols paradent. 

.

Arles la romaine a repeint sa maison en jaune ;

Au temps où elle fut Résidence impériale,

Rome y a laissé son art, ses arènes, sa gloire.

Ambition des césars, elle en est l’icône.

.

Aigues-Mortes, sa voisine, ville de Saint-Louis,

À l’ombre de Constance rêve son passé Glorieux.

Cernée de roselières, les chevaliers vertueux

Ont fui les remparts, vestiges d’un passé enfoui.

.

Senteurs de thym et de romarin, les marchés

Embaument les cœurs, sur le rythme de Bécaud.

Faut-il que l’Est perde le Nord pour que des oiseaux

Apprécient d’aller vers le sud se dérouter ?…

.

Guy E – mars 2021

Aurore

Aurore

Les premiers rayons de l’aube inondent le silence.

Une lumière adoucie éveille mes sens,

Ravive les rêves qui se souviennent de ma jeunesse,

Emportant les craintes de la nuit et ses faiblesses..

Des gouttelettes de rosée exhalent leur parfum,

Avivent mes pensées et l’âme des défunts.

Illusion de l’esprit, je me revois enfant  

À revivre mon passé sous les cieux d’antan.

.

Un vieux chêne tourmenté, hôte de mon bonheur,

Baigné aux prémices dorées de cette lueur, 

Laisse de son feuillage tomber les larmes de la nuit

Sur un tapis de fleurs à peine épanouies.

.

Il me plaisait de m’appuyer contre son bois,

Rêvant, plein d’espoir, de lumière et d’émoi,

Partageant ma future vie et mes années

Avec celle que j’aurai la chance de rencontrer.

.

Guy E – Mars 2021

.

Après l’enfance

Après l’enfance

La vie était en moi, je la sentais s’ouvrir.

Pour avoir un futur, il me fallait grandir.

Mes jours se remplissaient de gaieté et d’espoir,

Les cieux m’éblouissaient, racontaient mon histoire.

.

Point d’obscurs nuages ni de sombres présages.

Puis j’entendis des mots, dont je n’avais l’usage.

Des mots comme guerre, maladie, souffrance.

J’ai su alors que je n’étais plus dans l’enfance.

.

Je connus dès lors de la vie ses deux faces :

Blanche, peut-être noire, un choix sans préface.

Il me fallait la confiance que je devais construire.

.

Au long de mon chemin, au cours de mes errances,

Surmontant mes absences, j’ai appris l’espérance .

Les années passées n’ont cessé de me réjouir.

Guy E – mars 2021

La Camargue

Lundi 1er mars

C’est décidé nous partons, notre CC Canariwolf est prêt, nous l’entendons piaffer d’impatience dans la cour

1ère étape Langres

Pour aller en Camargue, ce n’est pas vraiment la route mais nous sommes encore indécis sur notre destination.

Une aire sympathique nous attend, Chantal part en reconnaissance.

Nuit trés calme

AIRE DE CAMPING-CARS DU GRAND-LANGRES

Mardi 2 mars

Visite de Langres

Denis Diderot est né à Langres en 1713, au n° 9 de la place qui porte aujourd’hui son nom

Nous faisons le tour de la ville par les remparts

La cathédrale Saint-Mammès de Langres est une cathédrale catholique romaine 

Elle est édifiée entre 1150 et 1196 au centre du quartier canonial. Elle est dédiée à saint Mammès, martyr de Cappadoce au iiie siècle. Son style conjugue harmonieusement les volumes romansbourguignons et gothiques avec ses voûtes d’ogives, sa façade occidentale reconstruite au xviiie siècle se distinguant par son style classique.

.La cathédrale Saint-Mammès fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques par la liste de 1862.

Après-midi

Nous partons au bord du lac de la Liez, déjeuner au bord avant d’en faire le tour: 14 km

Toujours dans l’incertitude sur notre destination, nous partons sur le Der une valeur sure!

Mercredi 3 mars

Visite à l’observatoire des étangs d’Arrigny

Après midi

Visite de l’observatoire du Grand-Coulon

Jeudi 4 mars

Nous sommes enfin décidés

Départ pour la Camargue à 9h 15. Arrivée à Pouzilhac à 18h00 pour une dégustation de Côte du Rhône et une nuit calme au milieu des vignes, les amandiers sont en fleurs!

Le domaine des Cadinières

Vendredi 5 mars

Départ pour les Saintes Maries de la Mer.

En passant: visite magique du pont du Gard rive droite , la rive gauche est en travaux.

Temps magnifique, entrée non payante! pour une fois nous avons de la chance!

Après-midi

Visite du sentier du musée de la Camargue ( sentier du mas du pont de Rousty)

De retour, nous décidons de passer la nuit sur le parking. (nous sommes seuls)

Samedi 6 mars

Nous nous dirigeons vers la réserve de la Capelière qui hélas est fermée cause COVID

Nous nous replions alors sur Arles après avoir longé l’étang du Vaccarès.

Nous visitons Arles en profitant du marché du samedi.

Déjeuner sur le parking de l’IUT

Apres-midi

Visite du marais du Vigueirat : circuit de 3 km.

Nous passons la nuit au site France passion de Saint Martin de Gau ( huile d’olive et brasserie): calme mais sans convivialité et pas d’internet.

Dimanche 7 mars

Départ vers Salins de Giraud par bac Barcarin pour la traversée du Grand Rhône, 10 € pour CW.

Pas de visite guidée cause Covid.

Domaine de Palissade pour une boucle de 9km. Déçus par le manque d’oiseaux.

Nous passons la nuit aux Saintes Maries de la Mer. 13 € sur l’aire municipale, aire des plages de l’Est.

Lundi 8 mars

Promenade aux Saintes: marché et Cathédrale.

L’église de Notre-Dame-de-la-Mer est une église fortifiée romane du ixe siècle des Saintes-Maries-de-la-Mer en Camargue dans les Bouches-du-Rhône, en Provence. Dédiée à Notre-Dame et aux Saintes Maries, elle fait l’objet du pèlerinage aux Saintes-Maries-de-la-Mer, et est classée aux monuments historiques depuis 18401.

D’après l’écrivain Jean-Paul Clébert, le géographe et historien grec Strabon indique que les Phocéens de Massalia érigèrent à cet emplacement un temple antique de culte à Artémis de la nature et de la chasse).

La première mention du lieu est faite dans le poème ora maritima (cote maritime, en latin) d’Avienus au ive siècle, sous le nom d’un îlot dénommé « oppidum priscium Râ ». Ce vieil oppidum devient au vie siècle Sancta Maria de Ratis (Sainte Marie du radeau), nom qui évolua vers Notre-Dame-de-la-Barque lorsque la légende chrétienne du débarquement des saintes Maries sur la côte camarguaise se popularisa3. Cette mutation se fit à partir de 547, avec l’installation d’une communauté de religieuses sur cet îlot par l’évêque Césaire d’Arles4, pour christianiser ce lieu de pèlerinage et de culte païen de Mithra et Diane d’Éphèse.

Apres- midi

Départ sur la digue à la mer pour le phare de la Gachole et l’étang de Fangassier: aller-retour 30 km.

Je croise une belette

Mardi 9 mars 2021

Visite du Parc ornithologique du Pont de Gau.

Pont de Gau

Retour aux Saintes Maries pour la nuit.

Mercredi 10 mars

Chemin de Méjanes

Nous découvrons la Talève sultane

Nous posons notre CC: CW sur l’aire du Poisson d’Argent à Aigues-mortes

Puis partons à vélo 5km visiter la ville fondée par Louis IX.

Quelques achats plus tard , nous rejoignons CW.

Jeudi 11 mars

Nous retournons au Centre de la Scamandre, le mistral ne soufflant plus nous espérons voir plus d’oiseaux , en réalité, c’est tout le contraire., nous avons pu voir le Cormoran pygmée

Aprés-midi

Nous allons au pont des Turradons avec CW, sans succès.

Après avoir essayé l’aire du Grau du Roi, nous renonçons: trop bruyant, en plein carrefour, il s’agit au mieux d’une aire de service. Nous repartons donc nous poser à l’aire du Poisson d’argent prés d’Aigues-Mortes.

Vendredi 12 Mars

Nous allons par la Via Rhôna à la tour Carbonnière à côté d’ Aigues-Mortes: 7 km. Agréable piste cyclable qui longe le canal du Rhône à Sète.

La tour Carbonnière est citée pour la première fois dans un texte daté de 1346 qui donne des précisions sur la fonction de l’ouvrage : il y est dit que « cette forteresse est la clé du royaume en cette contrée. »

En effet, située au milieu des marais, elle était le passage obligé pour accéder à Aigues-Mortes : son franchissement faisait l’objet d’un péage. Elle était tenue par une garnison composée d’un châtelain et de plusieurs gardes. La terrasse pouvait supporter jusqu’à quatre pièces d’artillerie.

Aprés-midi

Nous repartons à vélo tenter notre chance au pont des Tourradons. Un couple d’ornithologues nous indique un site propice à l’observation de la « Panure à moustaches ».

Nous entrevoyons la Sterne Caspienne.

Samedi 13 mars

A la tour Carbonnière sans plus de succès dans notre quête de la Panure à moustaches.

Apres midi

Toujours à vélo par la via Rhôna nous allons au Grau du Roi.

Dimanche 14 mars

Nous partons à vélo au marché d »Aigues-Mortes

Apres-midi.

Départ pour Marseillan par très grand vent, nous passons la nuit sur l’aire de la plage:: 4€ la nuit.

Lundi 15 Mars

Nous passons la journée à Marseillan chez François et Sylvette , merci à eux deux pour leur charmant accueil!

Avant de nous raccompagner à CW, Ils nous font faire une petite visite d’Agde et de son bord de mer.

Nous passons une seconde nuit à l’aire de la plage.

Mardi 16 mars

Départ de Marseillan pour L’aire située su le LiDO : aire des 3 digues qui ressemblent plus à un parking qu’à une aire, pas d’eau à cette saison. at quand même 7 Euros pour 5 heures de stationnement. Beaucoup trop de vent, même Gaby ne veut pas sortir.

Cela ne nous a pas empêché de partir à Sète à vélo visite du vieux site du port et du marché des halles.

nous repartons avec quelques huitres, des fraises gariguettes et des travers de porc grillés avec quelques champignons. petite virée de 20 km.

Départ pour un retour vers le passé, nous retournons à Aigues-Mortes

Mercredi 17 Mars

Nous retournons à la Tour Carbonnières: nous observons quelques Chevaliers arlequins, Petits Gravelots ,

Puis départ pour la plage de L’Espiguette ou nous déjeunons au bord faute d’accueil pour les camping-cars

Après-midi

Nous partons à vélo avec Gaby sur la plage

Nous faisons une promenade agréable malgré le vent

nous nous arrêtons à la maison méditerranéenne

Cliquez sur l’image

Dans l’univers

Dans l’univers

Une galaxie tourne dans l’espace sidéral,  

Symphonie de lumière qui poudroie en spirale.

Mille et une étoiles naissent dans la nuit

Et voyagent dans une Girandole inouïe.

.

Tout autour d’un soleil, huit planètes font la ronde.

Miracle de la vie, une seule est féconde.

Sur le fil de son ellipse, parfaite équilibriste,

Dans sa tournée infinie, elle joue à l’artiste.

.

Devant l’astre solaire, la Terre est une toupie.

Elle tourne jour et nuit à en avoir le tournis.

Au rythme des saisons, elle roule en mesure.

Un tour en vingt-quatre heures, c’est sa signature.

.

De ces plus hauts sommets aux océans profonds,

Une vie ardente se développe à profusion.

Une brillante espèce sème alors la confusion.

Sur la Terre, l’humanité est une illusion.

.

Guy E – mars 2021

Le marais

Le marais

Cheminement entre les reflets des saules,

Cheminement des rêves au milieu des chaumes.

Il en est de l’eau comme il en est de l’ombre :

Elle nous suit et se fond dans la pénombre,

Insaisissable, peut-être même sournoise,

Dans le fond que cache-t’elle : ombre chinoise…

.

Ici, point de berge et là, point de repère,  

On avance sans crainte et on s’y perd.

Seules quelques racines, serpents aquatiques

Sortent du marais, tentacules fantastiques.

Nos pas accrochés hésitent et s’enlisent,

Enfin se dégagent de cette nature insoumise.

.

Une croisée de joncs, barrière végétale,

Interdit la sortie de ce funeste dédale.

Devant notre désarroi, une foulque glousse

Tandis qu’une sarcelle nage à ses trousses.

Un héron gris aux longues pattes lustre ses plumes,

Une cigogne du haut de sa tour joue de l’enclume.

Sur la mare lentement s’étend un voile de brume.

.

Le marais somnole et revêt son sombre costume.

Du linceul funeste, il est temps de s’évader

Geôle sans barreaux, la délivrance est concédée.

.

Guy E – mars 2021

Illusion

Illusion

Un bassin où les troupeaux assoiffés allaient boire : 

Creusé dans la pierre, j’en devinais le pouvoir.

Une source chantante emplissait ma mémoire,

Égrainant les notes cristallines, tel un oratoire.

.

Un cerisier en fleur penchait sur cet abreuvoir, 

Image virtuelle … La surface de ce miroir

Reflétait sans pudeur, de la silhouette gracile,

Les attraits juvéniles d’une jeune fille.

.

Point de nuages dans cet azur bleuté

Sur la pierre quelques pièces d’or brillaient

Que m’arrivait-il ? à mon tour, je jetais une lire.

Je fis un vœu ou un serment, celui de revenir.

.

Guy E – mars 2021

Un autre monde

Un autre monde

Ce matin, j’ai ouvert mes volets,

Et mes yeux se sont émerveillés

De notre terre ensoleillée

Embrasée par cette douce lumière.

.

J’ai alors entrouvert mes croisées,

Mes oreilles se sont éveillées

Aux délicieuses ritournelles 

Du merle et de l’hirondelle. 

.

Puis J’ai respiré ce doux parfum.

Les fleurs ont laissé leurs embruns

Essence richement composée

Effluve de rose et de serpolet.

.

Alors, grisé par tant de douceur

J’ai tourné la tête sans peur.

.

Je n’ai vu du décor que la grisaille

Triste revers de la médaille. 

J’ai entendu des échappements

Le sourd grondement discordant

Et senti de l’air environnant

Son souffle empoisonnant.

.

Oh jolie planète bleue !

Tu es de ce monde notre mère.

Tu étais notre terre.

.

Guy E – mars 2021

Le retour du printemps

Le retour du printemps

Voilà enfin revenu le temps du solstice,

De la lumière vive et des myosotis.

Tant attendu, le temps est venu pour l’hiver  

De s‘en retourner et s’endormir en enfer.

.

Le coucou gris cherche, dans la haie de charmille,

Un squat adéquat pour déposer sa famille.

Les bourgeons empourprés dégrafent leur corset,

Sous l’œil rayonnant de l’impatient jardinier.

.

Par ses joyeux trilles, symphonie inédite

Lancée par le merle noir sur le lilas blanc,

L’oiseau chantant nous invite opportunément 

À profiter sans attendre d’un air de printemps.

.

C’est aussi le temps des émois, des émotions,

Qui font vibrer tant d’âmes d’une douce passion.

En cette saison, point de potion ni de philtre,

Il n’y a que l’amour qui s’invite au chapitre.

.

Guy E -mars 2021

Les amants du crépuscule

Les amants du crépuscule

Alors que le ciel du soir flamboie,

Puis sombre sans espoir et se noie

L’astre du jour peu à peu s’éteint,

Dans les eaux profondes du lac voisin.

Alors émergent des ombres intrigantes,

Fantasques créatures menaçantes,

Qui dévorent avidement la lumière,

Reflets dorés, faisant fi de nos prières ;

Leur souffle malicieux, brise insolente,

Écarte quelques feuillages denses

Dévoilant pudiquement l’astre de la nuit,

Et se croyant en l’instant à l’abri

Ces amants à jamais incompris.

Alors Le dôme céleste s’illumine

Reflétant l’amour dans leurs yeux

Leur doux serment insoucieux

Que même une nuit scélérate

Ne pourra effacer à cette date.

Un oiseau de nuit s’empresse

Témoin furtif de leur promesse.

Guy E – mars 2021