Les amants du crépuscule

Les amants du crépuscule

Alors que le ciel du soir flamboie,

Puis sombre sans espoir et se noie

L’astre du jour peu à peu s’éteint,

Dans les eaux profondes du lac voisin.

Alors émergent des ombres intrigantes,

Fantasques créatures menaçantes,

Qui dévorent avidement la lumière,

Reflets dorés, faisant fi de nos prières ;

Leur souffle malicieux, brise insolente,

Écarte quelques feuillages denses

Dévoilant pudiquement l’astre de la nuit,

Et se croyant en l’instant à l’abri

Ces amants à jamais incompris.

Alors Le dôme céleste s’illumine

Reflétant l’amour dans leurs yeux

Leur doux serment insoucieux

Que même une nuit scélérate

Ne pourra effacer à cette date.

Un oiseau de nuit s’empresse

Témoin furtif de leur promesse.

Guy E – mars 2021