Trois chrysalides

Trois chrysalides

Lorsque nos deux âmes enivrées de jeunesse

Se reconnurent bercées par tant d’allégresse,

Guidé par Cupidon, j’ai reconnu dans ta voix,

L’accord majeur qui devait enchanter ma voie.

.

Tes vingt ans fleurissaient à l’aube d’un serment.

J’en ai gardé un bouquet en mon cœur aimant :

Trois jeunes chrysalides s’y étaient abritées ;

Butinant notre amour, elles se sont transformées.

.

Après leur envol, le vent les a dispersées :

Au gré des courants, elles se sont laissées bercer.

Vers d’autres horizons, elles cueillirent leur bouquet.

.

Notre bonheur, fruit de ce hasard facétieux,

Illumine notre temps à la lumière de tes yeux,

Quand quelques papillons voltigent dans nos cieux.

.

Guy E – février 2021.

L’enfance

L’enfance

Que j’aime à me souvenir de ce jeune enfant.

Il avait dix ans et voulait devenir grand.

C’était le temps infini de l’impatience,

Celle qui a le pouvoir de dilater le temps

Et de vivre sagement le temps de l’instant.

Un âge qui n’a pas encore de passé

Pour altérer les pensées,

Celui de l’insouciance sans offense.

Il s’éveillait à la vie, à son existence.

Il lui fallait accéder à la connaissance :

Tout était si beau et tout était si grand ;

Son univers était celui de ses parents.

Dans son cœur plein d’ardeur, un soleil, une fleur,

Un pays des merveilles, le bonheur…

Que ses soldats de plomb avaient belle allure !

Ils composaient même son armure.

C’était le temps des secrets,

Ceux qui n’inspirent aucun regret.

Pourtant il lui fallut grandir,

De sa prime enfance s’affranchir.

L’inévitable abandon de sa jeunesse

Lui a créé de son passé, sa sagesse.

Alors, est-ce l’empreinte d’une vie équilibrée ?

Il ne ressent aujourd’hui aucun regret.

Guy E – février 2021

Comprendre et utiliser les coordonnées GPS

Par coordonnées géographiques(ou encore « repères géographiques ») d’un lieu sur la Terre, on entend un système de trois coordonnées qui sont le plus souvent : la latitude, la longitude et l’altitude (ou l’élévation) par rapport au niveau moyen de la mer (élévation orthométrique) ou par rapport à une surface de référence, en général ellipsoïde (élévation ellipsoïdale).

Ces coordonnées géographiques découlent d’un système géodésique qui modélise la forme de la Terre.

Pour se repérer à la surface de la planète, on peut utiliser des systèmes de représentation graphique appelés « repères cartographiques du pays »https://fr.wikipedia.org/wiki/Coordonnées_géographiques

Les coordonnées géographiques sont traditionnellement exprimées dans le système sexagésimal, parfois noté :

L’unité de base est le degré d’angle (1 tour complet = 360 ° ),

« DMS » : degrés ( ° ) minutes ( ′ ) secondes ( ″ ).

puis la minute d’angle (1 ° = 60 ′ ),

puis la seconde d’angle (1 ° = 3 600 ″ ).

Avec votre GPS vous utilisez fréquemment le menu « coordonnées » pour vous rendre à un point donné par une revue ou autre.

il faut donc reconnaître le format. Après, il suffit de régler le GPS en conséquence.

Les 3 formats sont

Description du formatExempleRemarques
en degrésDD,DDDDDD ou : dd,ddddddLatitude : N47,543265°
en degrés, minutesdd mm,mmmmmLatitude : N47°35,2643′Seules les minutes ont une virgule
en degrés, minutes, secondesdd mm ss,ssLatitude : N47°35’47,28 »Seules les secondes ont une virgule.

Convertisseur de coordonnées

Cliquez ICI

Cliquez ICI

Cliquez ICI

Lors de nos sorties ou voyages nous sommes toujours en Latitude N (car nous sommes au nord de l’équateur). Par contre nous sommes en O ou W à l’Ouest du méridien 0° (dit de Greenwitch) et en E à l’est de ce méridien.

En France, ce méridien part de Deauville, puis Argentan (en Normandie), puis La Suze sur Sarthe, puis Allonnes (Maine et Loire), puis Lezay (Vienne), puis Roullet St Estèphe (Charente) au Sud Ouest d’Angoulème, puis Meilhan sur Garonne, puis Ibos à l’Ouest de Tarbes, puis Gavarnie (Pyrénées).

Indiquer la latitude et la longitude d’un lieu

SUR PC Pour trouver les coordonnées précises d’un point sur une carte, -Utiliser le logiciel « Google Earth -Après avoir suffisamment zoomé, positionnez-vous sur le point qui vous intéresse. Les coordonnées sont données en bas à droite de votre écranOuvrez

Sur smarphone Ouvrez l’application Google Maps sur votre téléphone ou votre tablette Android. les coordonnées dans le champ de recherche situé en haut de l’écran. Voici des exemples de formats qui fonctionnent :

Degrés décimaux (DD) : 41.40338, 2.17403

Degrés et minutes décimales (DMM) : 41 24.2028, 2 10.4418

Degrés, minutes et secondes (DMS) : 41°24'12.2"N 2°10'26.5

Un repère s’affiche au point correspondant à vos coordonnées.

Obtenir les coordonnées d’un lieu

  1. Ouvrez l’application Google Maps  sur votre téléphone ou votre tablette Android.
  2. Appuyez de manière prolongée sur une zone de la carte qui ne comporte pas de libellé. Un repère rouge s’affiche.
  3. Les coordonnées s’affichent dans le champ de recherche situé en haut de la page.

Quelques infos complémentaires

Il faut rentrer la latitude entre (-90 et +90) avant la longitude entre (-180 et+180)

Minute est remplacé par le symbole ′ 

Seconde est remplacé par le symbole ′′ 

Vers le Nouveau-Monde

Vers le Nouveau-Monde

La mer se prélasse en remontant l’estran,

Bercées par la marée les vagues attendent le vent.

Ecoute cette rengaine, sempiternel chant,

Rumeur inchangée depuis la nuit des temps.

.

Sous les nuages blancs porteurs d’illusions 

Quelques voiles disparaissent à l’horizon.

De doux zéphyrs animent les gréements,

Les équipages voguent vers un nouveau continent.

.

Ils sont partis, abandonnant leur tourment,

L’esprit tourné vers le large, leurs rêves bien présents.

Sur la plage, la mer s’est retirée sans amertume

Ne laissant qu’un murmure, agrippé à l’écume. 

.

Où sont-ils ? Le vaste océan les a-t-il perdus ?

Dans les chaumières, leur souvenir se perpétue :

On parle d’aventures et d’un nouveau monde,

Mais point de pleurs ni de drame qui grondent.

.

As-tu vu au loin cet oiseau porteur d’espoir ?

Missive d’outre-mer qui nous laisse entrevoir,

D’une vie meilleure, une incertaine destinée :

D’autres abandonnent la patrie pour cette odyssée.

.

Sur cette terre inconnue, ils fondent leur avenir ;

Aussitôt se mettent au travail sans défaillir.

Ont-ils voulu oublier leur racine dans le vent, 

Sur la terre qu’ils appelleront le vieux continent ?

.

Guy E – février 2021

Le bonheur du printemps

Le bonheur du printemps

.

Déjà, le printemps revient, nos âmes s’enchantent.

Pendant que le soleil réveille les herbages,

Le froid tenace s’accroche aux lointains alpages

Et cède la place à cette saison qui chante.

.

Les arbres nus s‘habillent de soie et de velours.

Nous partons dès l’aurore réveiller la tourterelle :

Baignée de lumière elle s’envole à tire-d’aile.

Respirons la rose et la violette, mon amour !

.

Nous remplissons nos mains de blanches primevères.

Le coucou s’est caché, irons-nous le chercher ?

On s’égare en suivant le cours de cette rivière.

.

La lumière nous livre de la terre ses pépites.

Nous nous sentons empli d’un bonheur exalté.

Le monde rit, il nous sourit, mon cœur palpite.

.

Guy E – février 2021

Mon arbre

Mon arbre

.

Un arbre dans un verger, c’est vraiment banal :

Un tronc, trois branches, il n’y a rien d’original.

Chaque année de mon enfance, je le retrouvais.

C’était mon arbre, majestueux, il m’attendait.

Dès mon arrivée, chaque feuille m’appelait.

Un ou deux nœuds en guise de marchepieds ;

J’étais seul, je réalisais mes rêves de papier.

Je naviguais, fier capitaine de vaisseau !

J’affrontais les tempêtes sur des océans sans eau,

Un aquilon soufflait fort dans les branchages :

Le navire tanguait, je devais éviter le naufrage.

.

Maîtrise des éléments, je me félicitais.

A peine rentré au port, déjà je m’envolais,

À bord d’un aéronef, je visitais les cieux,

J’explorais de lointains pays mystérieux,

Un peuple inconnu me faisait vivre cette aventure.

Mon cœur d’enfant palpitait sans démesure.

De cet arbre, j’en avais fait une partie de vie,

C’était mon refuge, avec lui, j’étais en harmonie.

Puis vint un jour où je n’entendis plus les feuilles :

Était-ce une tempête ? plus sûrement un écueil…

J’avais déserté mon poste et m’en sentais coupable,

Mon navire s’était couché sans personne à la barre.

Il avait fait naufrage, emmenant sans bruit

Une partie de mon enfance avec lui.

Guy E – février 2021

Constellations

Constellations

.

Ce soir, la lune se pare de ses plus beaux atours.

Dans la vallée blanchie, elle regarde alentour

L’ombre des elfes fuyant les brumes glacées,

Esprits des nymphes perdues au-delà des futaies.

.

Cette nuit, Orion accompagne ses chiens stellaires,

Et dispensant généreusement leur lumière,

Un cortège d’étoiles, guide les chasseurs.

Théâtre à ciel ouvert, déjà quelques prédateurs

Écartent les Voiles d’or et d’argent de la Vierge.

.

Le Lion traque le Taureau, les Gémeaux se prosternent.

Andromède dépose sa Couronne Australe. `

Plus loin, galopant dans les cieux, le Petit Cheval.

Vers l’Autel du grand chariot, au-delà des limbes,

Vois-tu le Fils de Jupiter, Dieu de l’Olympe :

Héraclès pourfendant les Centaures mythiques ?

Magnifique épopée de la Grèce antique.

.

À la surface du lac se réfléchissent, sublimes,

Les reflets lumineux du Cygne qui s’abîme,

Lumière fantasmagorique : j’ouvre les yeux 

Sur cette apparition, instant merveilleux.

Discrète, la lune s’échappe dans un soupir.

Cette nuit, j’ai vu une licorne jouer de la lyre.

.

Guy E – février 2021

Océan

Océan

De mes mains, j’ai puisé l’eau de ton rivage :

Liquide insaisissable, ce n’était qu’un mirage. 

Elle s’est échappée, sans arme ni vacarme ;

Je n’en ai retenu difficilement qu’une larme.

.

J’ai ramassé ton sable blanc sur ce rivage, 

D’entre mes doigts, il a glissé sur la plage.

Chacun de ses grains s’est répandu sur la jetée.

Je n’ai su garder que ce petit gravier.

.

J’ai saisi une feuille tombée de ce chêne.

Elle a été emportée par le vent sans peine,

S’est envolée, perdue dans cette charmille.

Je n’ai pu rattraper que cette brindille.  

.

Aucun filet n’a jamais retenu l’eau ni le sable,

Il en est de même pour les secondes, point de fable.

Chacune d’entre elles, quand survient son tour, enlève

Une goutte de l’océan, un grain de cette grève.

.

Et la feuille, disiez-vous qui virevolte dans le vent,

Insaisissable, ne serait-ce pas assurément 

Celle que les hommes nomment communément 

Le souffle, la conscience, l’âme tout simplement.

Guy E -février 2021

Écrire ce n’est pas tout!

Poème pour la Saint Valentin

Écrire ce n’est pas tout!

Enfin, l’hiver passe,

De nos vies, il s’efface.

Pendant cette saison,

J’ai assouvi ma passion.

Sans état d’âme,

J’ai exploré mon âme,

Sondé ma mémoire,

Sans trop m’émouvoir.

À la recherche de l’enfance

J’ai fait un examen de conscience,

Puis appréhendé les temps :

Celui qui nous dépasse,

Nous rapproche de l’impasse,

Enfin celui qui fait les saisons,

Qui ramène les floraisons.

Je me suis émerveillé de la nature.

J’ai pleuré sur la planète qu’on dénature.

Enfin, J’ai éprouvé mon amour,

A la recherche de ton amour.

Et toujours fidèle à moi-même,

Je reste fidèle à toi-même,

En te disant : Je t’aime.

Guy E – février 2021

Gaïa

Gaïa

Séléné est sortie et regarde la terre.

De son regard moqueur elle toise Jupiter.

Fille ainée d’Hypérion, elle lève ses armées

En montrant du doigt, Gaïa, la bien nommée.

.

Elle regarde l’océan, souffle sur les voiliers

Mais ne voit à leur place que de noirs pétroliers.

Où sont ces oiseaux, jadis empereurs des mers,

Leurs ailes sur un océan de polymères ?

.

Les eaux apaisées qui caressaient les galets

Agitent alors leurs vagues en frappant les rochers

Et jettent sur les dunes une troupe de démons,

Arrachant le sable, détruisant les maisons.

.

L’astre lunaire au plus fort de son périgée,

En flots déchainés dépêche ses marées.

Envoyant ses titans, déchaîne ses tempêtes ;

Point d’indulgence, elle poursuit sa conquête.

.

A l’origine du mal, le peuple insoucieux 

Regarde incrédule, la colère des cieux.

Sans comprendre ce qu’ils ont fait du paradis :

De l’Élysée, ils en ont fait une tragédie.

.

Guy E – février 2021

Petite fleur

Petite fleur

Une senteur, une couleur, petite fleur.

Dès l’aurore, tu ouvres à la première heure

Tes pétales parfumés, virginale corolle

Perlée d’une fine rosée. Et sans protocole,

Tu offres de ton calice le savoureux nectar.

Ton petit cœur battant, tu te prends pour une star.

.

Frêle, tu te laisses bercer par ce doux zéphyr.

Alors tu exhales ta subtile fragrance, envoûtant élixir

A faire tourner la tête à plus d’une créature.

Aujourd’hui, tu ne jures plus que par Épicure.

.

Jolie fleur bleue, innocente petite sotte !

Vois-tu ce séduisant bourdon en redingote

Qui se pose sur ton décolleté, en séducteur ?  

Serait-il amoureux ou habile maraudeur ?

.

Dans un subtil ébat, il s’enivre de ton miel,

Te violente gentiment, péché véniel,

Puis s’envole lourdement vers d’autres hymens.

Il te laisse en partant quelques grains de pollen,

En ton sein, prochainement, ils fructifieront.

C’est ainsi que naît la vie de chaque fleuron.

.

Guy E – février 2021

La chauve-souris

La chauve souris

Je suis une chauve-souris, un oiseau sans plume
Créature de la nuit, je sors à la pleine lune
Dès le crépuscule, je me glisse hors de ton toit
Belle-de-nuit, c’est l’obscurité que je côtoie

Je virevolte, farandole sous ton réverbère,
À la recherche d’un de ces jolis coléoptères.
Alors que déjà je me crois au firmament
J’effleure et frôle vos têtes innocemment.

Serais-je animée par ces sombres desseins
Injuste renom que me prêtent les humains
À ce bal des vampires,  Serais-je invitée
Emportées par une chorégraphie effrénée.

Je déploie vivement mes ailes abat-jour,
Dissimulée derrière mon masque de velours,
J’ai la dent acérée et l’oreille affutée
J’écume la nuit de tous ces insectes ailés.

À l’aube qui pointe, je me rapproche de ton toit
La lumière du jour n’est pas faite pour moi.
Mes yeux bien inutiles manquent d’expression.
Le ventre rassasié, je me replie dans ma maison.

Guy E – février 2021

Petit délire

Petit délire

.

Je voulais arrêter le temps,

Le rendre intermittent.

.

De mon horloge, j’ai retiré l’aiguille :

Celle des heures qui a le plus de valeur,

Mais cela n’a pas été salvateur.

Dans la cour, l’ombre du sapin

A continué à tourner sans fin.

.

Alors, j’ai pris la grande aiguille,

Celle qui ressemble à une anguille.

Railleur, je l’ai montrée au soleil : 

Moqueur, il m’a ri au nez au réveil

Et l’ombre continuait à tourner.

.

J’ai alors décollé la dernière aiguille,

Celle qui fait courir les secondes

Et fait tourner le monde.

.

L’ombre ne s’est pas arrêtée.  

Alors, j’ai coupé l’arbre effronté

Et enfin l’ombre s’est effacée.

Il n’y avait plus d’ombre portée.

.

Derrière les carreaux entrouverts,

L’horloge scandait son tic-tac,

Et moi je comprenais : arnaque !

Guy E – février 2021

Voyage

Voyage

Si tu veux, nous repartirons prochainement.

Les jours grandissant, nous irons au printemps,

Éveiller nos sens à ces aurores empourprées,

Promesse du sel de la vie en ces nouvelles journées.

Et les cieux embrasés flamboieront aux couchants,  

Illuminant nos vies des ors du firmament.

.

Nous apprendrons ces paisibles crépuscules

Où la lune reflètera pour nous, en préambule,

Sa douce lumière sur ce lac argenté, miroir, 

Écho du ciel et de ses innombrables étoiles.

.

Ensemble, les yeux tournés vers les frondaisons,

Notre couple harmonieux en cette heureuse saison

Verra de cette forêt les rameaux reverdir, 

Dans les plaines, les dociles troupeaux ressortir.

.

La rivière célèbrera de son chant cristallin

L’onde libérée de l’hiver, fixant le chemin

À notre maison roulante, refuge et foyer.

Nous ferons défiler ce ruban bitumé.

.

Il nous guidera vers ces oiseaux colorés

En réchauffant le cœur, et nos âmes enchantées.

Nous réaliserons ces rêves imaginés   

Au coin du feu, alors que le ciel floconnait.

.

Nous chercherons ces bâtisseurs de cathédrales

Les vestiges romains et ces ruines ancestrales.

Un moulin, ce canal, une ville, notre passion,

Seront de ce joli voyage l’inspiration.

.

Le calme et la beauté seront notre douceur.

Allongée dans le pré pour saisir les senteurs, 

Tes images fabriquées retiendront ce périple.  

Puis l’instant se posera, le temps de se dire

Que la vie est belle. Oublier le temps qui passe!

.

Guy E – février 2021

Spleen

Spleen

D’où me vient cet étrange sentiment, 

Une impression profonde, un étonnement,

Sensation d’un manque ou d’un oubli,

Retour sur un parcours ressenti.

Est-ce le fruit d’une ambiance 

Ou la source de ma défaillance?

.

Je retrouve ma jeunesse ou peut-être mon enfance.

C’était le temps éphémère de l’insouciance,

Souviens-t’en, le temps qui passe est un voyage,

Qui ronge la mémoire, efface les visages. 

Je rêve et espère de la vie en cette fin d’hiver,

Les décors s’estompent, le désir est mon repère.

.

Le temps est-il venu de glaner quelques fruits?

Se réjouissant du devoir accompli,

Je m’interdis ce retour vers le passé,

Dont les ombres ne sont que la lumière du présent.

.

Guy E -février 2021

.