L’enfance

L’enfance

Que j’aime à me souvenir de ce jeune enfant.

Il avait dix ans et voulait devenir grand.

C’était le temps infini de l’impatience,

Celle qui a le pouvoir de dilater le temps

Et de vivre sagement le temps de l’instant.

Un âge qui n’a pas encore de passé

Pour altérer les pensées,

Celui de l’insouciance sans offense.

Il s’éveillait à la vie, à son existence.

Il lui fallait accéder à la connaissance :

Tout était si beau et tout était si grand ;

Son univers était celui de ses parents.

Dans son cœur plein d’ardeur, un soleil, une fleur,

Un pays des merveilles, le bonheur…

Que ses soldats de plomb avaient belle allure !

Ils composaient même son armure.

C’était le temps des secrets,

Ceux qui n’inspirent aucun regret.

Pourtant il lui fallut grandir,

De sa prime enfance s’affranchir.

L’inévitable abandon de sa jeunesse

Lui a créé de son passé, sa sagesse.

Alors, est-ce l’empreinte d’une vie équilibrée ?

Il ne ressent aujourd’hui aucun regret.

Guy E – février 2021

Une réflexion sur “L’enfance

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s