En allant en Vendée

cela fait 2 mois que Canariwolf CW, notre camping car, piaffe dans notre cour !

Il est temps de hisser les voiles : cap à l’ouest…

Jeudi 22 septembre 280 km

Départ à 9h30 en direction du Morvan et nous nous posons à Saint Brisson, au bord du lac du Taureau – petite promenade devant la Maison du Parc, propriété de 40 hectares, un cadre naturel, harmonieux et préservé, avec des étangs, des petits plans d’eau, des arbres centenaires, une bibliothèque, un jardin botanique, un arboretum, un verger conservatoire, un sentier de découverte de l’étang Taureau. la Maison du Parc abrite aussi le centre de l’écomusée du Morvan, le musée de la Résistance, une exposition d’artisans-producteurs.

Nous repartons ensuite vers le lac des Settons : un lac sans eau ! la restauration du barrage du lac des Settons avec en point d’orgue la vidange complète du lac a commencé le 19 août . Les travaux devraient prendre fin au printemps pour la saison touristique 2023.

Nous faisons notre premier bivouac sur un parking en retrait devant ce lac à sec.

Vendredi 23 septembre 176 km

Départ à l’heure habituelle pour Mehun sur Yèvre , jolie petite ville médiévale qui fut la Capitale royale sous Charles VII .

Nous partons nous y promener en passant par les jardins du duc de Berry, parcourus par les méandres de la rivière, pour grimper ensuite vers la collégiale Notre Dame de style roman qui séparait la ville haute où se dressait le château de la ville basse.

Jeanne d’Arc arrive à Mehun-sur-Yèvre vers la fin d’octobre 1429. Elle venait de faire couronner le roi Charles VII à Reims.

À Mehun, Jeanne d’Arc logeait dans l’une des maisons de Renault Thierry, alors chirurgien du roi. La tradition orale fait de l’actuel hôtel Charles VII, nommé dans des textes anciens l’hôtel pucelle, la maison où elle logeait.

Dans la chapelle du château, le roi Charles VII remit à Jeanne d’Arc, le 29 décembre 1429, ses lettres d’anoblissement. Cette charte anoblissait Jeanne et toute sa famille.

Nous posons CW au bord d’un petit canal sur une aire gratuite .

Samedi 24 septembre

Nous partons vers 9h00 pour Loches.

Loches est une commune française située dans le département de l’Indre-et-Loire, en région Centre-Val de Loire.

Dès notre arrivée, nous arpentons les jolies ruelles de Loches jusqu’à nous retrouver face à l’impressionnante Cité Royale...

Pour pénétrer dans la cité, on passe sous l’imposante Porte Royale.

On plonge alors dans l’Histoire en découvrant le Logis Royal qui domine la ville . Ce palais était prisé des femmes de pouvoir, Agnès Sorel et Anne de Bretagne qui y ont résidé. On apprend aussi que c’est ici que Jeanne d’Arc a rencontré Charles VII pour le convaincre d’aller se faire sacrer à Reims!

Nous entrons dans la collégiale Saint Ours où se trouve le gisant d’albâtre d’Agnès Sorel posé sur son tombeau où repose bien son corps alors que son coeur se trouve dans l’Abbaye de Jumièges où elle mourut .

De retour à CW, nous déjeunons avant de repartir sans Gaby pour visiter le Donjon et le Logis royal, interdits aux chiens – après 2 heures de visite, nous rentrons sous la pluie et les grondements de l’orage.

Dimanche 25 septembre

Nous nous réveillons après une nuit très calme sur l’aire CC de Loches puis prenons la direction de Montrésor

50 km au Sud-est de Tours, Montrésor s’est posé sur les bords de l’Indrois où se reflètent les vestiges de la double enceinte de cette ancienne forteresse et son château Renaissance. Dans le village, les maisons aux murs de tuffeau blanc ou à colombages côtoient des habitations semi-troglodytiques.

L’arrivée des réfugiés polonais en Indre-et-Loire s’inscrit à partir de 1832, au lendemain de l’insurrection manquée de 1830 et de sa répression par l’armée russe. Les réfugiés opposants au régime tsariste appartiennent pour l’essentiel à la noblesse et à la bourgeoisie intellectuelle. En 1849, Xavier BRANICKI, fils d’une illustre famille polonaise, acquiert le château de Montrésor. 

Nous allons donc visiter ce château qui est resté figé depuis le décès de son dernier propriétaire le comte Xavier Branicki en 1879

Aucune autre modification que celles imposées par des réparations ou des améliorations du confort dans les parties habitées n’a été entreprise par ses descendants (familles Branicki, puis Rey)

Apres le déjeuner sur l’aire de CC de Montrésor, nous partons à vélo sur les rives de l’Indrois et ses balcons.

Le château de Montrésor, édifié sur un éperon rocheux, au flanc du coteau qui domine un méandre de l’Indrois, sur sa rive droite.

Après les services d’usage , nous allons poser CW au zoo de Beauval à Saint-Aignan.

Lundi 26 septembre

10 ° au lever, nous sommes prêts à 9h00 pour l’ouverture du zoo.

Que dire, sinon un magnifique zoo où nous pouvons voir dans des milieux bien adaptés, des animaux de toutes espèces et de tous continents sans compter le grand dôme tropical : un biotope extraordinaire.

Une télé-cabine permet de survoler le parc et ainsi de voir nombre d’animaux depuis les airs.

Evidemment, l’attraction phare est la maison des pandas ! mais nous avons été impressionnés par d’autres animaux comme les gorilles , les lamantins , les hippopotames ainsi que par tous les innombrables oiseaux …

34 euros l’entrée par personne , ça le vaut bien!

Mardi 27 septembre

Journée de transition avec un temps maussade. Finalement nous posons CW à Valanjou : aire de camping car gratuite avec vidange eau et électricité gratuite.

Mercredi 28 septembre

Nous rejoignons l’île de Noirmoutier vers midi et nous posons sur la première aire: l’aire de Barbâtre gratuite pour cause de borne de paiement hors service.

Après déjeuner,retardés par une averse, nous partons à vélo vers le passage du Gois où nous arrivons alors que la marée montante a déjà commencé sa progression . Nous ne ferons pas la traversée complète par prudence et nous attendrons l’arrivée de la mer sur la digue.

Nous poursuivons avec la visite du polder de Sebastopol qui est une réserve ornithologique remarquable. Une petite sortie de 20 km qui aura agréablement occupé notre après-midi.

Jeudi 29 septembre

Nous quittons notre aire de Barbâtre pour nous rejoindre le centre de l’île et poser CW à La Gardinière.

Après la pluie du matin, nous partons au petit marché local de La Guérinière .

De retour sur l’aire pour déjeuner, nous repartons ensuite sur les pistes cyclables qui longent la mer en direction du Gois mais surtout de la réserve de Sébastopol, mais le temps menaçant nous incite à rentrer tout juste arrivés près du passage du Gois. La pluie nous rattrape mais ne nous emêpche pas de faire une halte au port du Bonhomme.

Vendredi 30 septembre

Nous continuons notre exploration de l’île en allant à la ville de Noirmoutier-en-l’île et son marché du vendredi en cette saison : beaucoup de produits locaux surtout au marché couvert.

Nous partons ensuite à vélo à la pointe de l’île: pointe de l’Herbaudière et retour par Le Vieil.

Samedi 1er octobre

Après une nuit de tempête, le ciel se calme vers 9h00 et le soleil se montre, nous allons donc musarder dans les rues et ruelles de Noirmoutier en l’île.

Nous entrons dans l’hôtel Jacobsen pour une visite interessante en parcourant 10 salles :

– la carte animée de la formation de l’île
– les écrans d’interviews sur les polders, le passage du Gois, la défense contre la mer
– la salle des arts décoratifs (meubles de port, porcelaines de Chine…)
– la navigation et les échanges
– le phénomène balnéaire…

sont présentés dans cet hôtel particulier d’armateur de 1761, agrandi vers 1802 et inscrit Monument Historique pour ses décors néo-classiques, ses boiseries, ses chambres ornées de papiers-peints du XVIIIe siècle, restaurées et remeublées.

Il nous faut ensuite attendre la fin d’un mariage pour visiter l’église Saint Philbert et sa crypte :

Construite sur les fondations de l’ancienne abbatiale bénédictine, fondée vers 674 par le moine Saint-Philbert. La crypte, classée Monument Historique, est le seul vestige de l’abbatiale. Elle conserve le tombeau vide, construit après que le corps de Saint-Philbert ait été transporté à Tournus, lors des invasions normandes du IXe siècle.
Construite à la fin du XIe siècle, l’église est dotée d’un choeur de style roman et d’une nef de style gothique. Elle est située face à l’ancienne entrée du château, aujourd’hui murée.

Il est alors Midi et le restaurant Le Castel nous ouvre ses portes: très bon accueil avec une très bonne cuisine

Dimanche 2 octobre

La pluie et le vent ont repris vers 4h00 du matin mais le ciel s’apaise vers 8h00 ce qui me permet d’aller à la boulangerie locale pour acheter quelques viennoiseries et patisseries.

Apres les vidanges et remplissage d’usage, nous quittons Noirmoutier pour Saint Jean de Monts ou nous arrivons pour la manifestation hippique CAVAL’OCÉANE.

Une promenade sur la plage et une Galette Normande nous permet de patienter jusqu’à 14h00 pour le concours hippique.

Road-Trip en Norvège semaine 12

Notre road trip en Scandinavie Semaine 1 Cliquez ICI

Notre road trip en Scandinavie Semaine 2 Cliquez ICI

Notre road trip en Scandinavie Semaine 3 Cliquez ICI

Notre road trip en Scandinavie Semaine 4 Cliquez ICI

Notre road trip en Scandinavie Semaine 5 Cliquez ICI

Notre road trip en Scandinavie Semaine 6 Cliquez ICI

Notre road trip en Scandinavie Semaine 7 Cliquez ICI

Notre road trip en Scandinavie Semaine 8 Cliquez ICI

Notre road trip en Scandinavie Semaine 9 Cliquez ICI

Notre road trip en Scandinavie Semaine 10 Cliquez ICI

Notre road trip en Scandinavie Semaine 11 Cliquez ICI

Lundi 18 juillet lever avec 17° temps mitigé

Nous quittons la Norvège un peu le coeur gros , CW a parcouru 11890 km et a consommé 9,5l/100, nous avons payé le litre de diesel entre 23 et 27 kr soit entre 2,3 et 2,7 €. c’est de loin notre principal, poste de dépense.

Il nous reste 45 km à parcourir pour rejoindre l’embarcadère de Langesund.

De la Norvège au Danemark 160 km

Nous y arrivons vers 10h00. le temps de vérifier l’enregistrement( ouf! on est au bon endroit, à la bonne heure, le bon jour…) Venant de nous, tout est possible!

En attendant 12h00 , recommandation de l’office de booking, nous allons faire une petite marche autour de 2 étangs hélas à sec. De retour à l’embarcadère nous sympathisons avec 2 motards de Savoie et de Nimes à qui nous offrons un bon café expresso.

Le ferry arrive à 13h00 et met 40 minutes à décharger ses camions, camping -cars, bus, véhicules de toutes sortes.

Enfin vient notre tour … Nous laissons CW avec Gaby en bas avant de monter sur le pont 7 , il y en a encore 3 au dessus de nous.

Nous devons arriver à Hirtshals à 19h30.

20h00, nous sommes au Danemark dans une forêt de pins.

Lundi 19 juillet 3 autres camping-cars nous ont rejoint. lever 16°

110 km de la forêt de Tversted à la même forêt de Tversted

Après un petit déjeuner bucolique, nous partons sur Skagen à la pointe nord du Danemark.

Le Port de Skagen est situé à Skagen dans le Nord du Danemark. Il contient un port industriel qui accueille l’industrie de pêche de la région ainsi qu’un port de plaisance. Il dispose également d’un chantier naval et d’installations de transformation du poisson. Skagen est la ville la plus au nord du Jutland, au Danemark. Elle a été rendue célèbre par la vivacité de l’École picturale à laquelle ce petit village de pêcheurs du XIXᵉ siècle a donné son nom.

Nous flânons sur le port et dans les rues piétonnes bordées de maisons jaunes, visitons un artisan souffleur de verre, une galerie d’art, un confiseur…

Je ne sais plus où j’ai garé ma voiture!

L’église nous invite à la visiter.

Puis les bonnes odeurs des restaurants le long du port nous ouvrent l’appétit : nous allons enfin faire un repas correct après 2 mois et demi de Norvège, cela nous manque terriblement .

Les norvégiens ne mangent à midi que des pâtisseries , sandwichs et glaces et boivent de grands cafés « filtre » et beaucoup de sodas.

Nous quittons cette petite ville pour nous rendre à Grenen où la mer du Nord se heurte à la mer Baltique.

Trop de monde pour poser CW : nous passons notre chemin pour nous poser un peu plus loin à Jerup.

Une grande plage à marée basse dévoile l’instinct viking de mon épouse qui ne résiste pas à se tremper dans les eaux du Kattegat, un bras de la mer Baltique.

Je n’ai bien sûr pas voulu rester sur la plage et me suis lancé à mon tour… je ne voulais pas renier mes racines viking.

Nous sommes ressortis de l’eau avec quelques traces de méduses…

Le coin, trop animé pour espérer une nuit tranquille, nous pousse à retourner à notre bivouac d’hier soir.

Mardi 20 juillet Lever 21° après une nuit très calme et reposante.

De Skagen à Nørre Vorupør.

Nous décidons de retenter la pointe de Grenen, espérant moins de monde !

Nous parvenons en effet à nous poser et partons pour une marche d’1/2 heure le long de la plage pour atteindre la pointe extrême du Danemark.

Grenen est un endroit très particulier. On avance jusqu’à la pointe nord du Danemark avec d’un côté la mer du Nord et de l’autre la mer Baltique. Arrivé au bout, on voit les deux mers s’entrechoquer. Aujourd’hui il fait très beau, et la mer est calme, alors on n’ a pas vraiment cet effet. Mais c’est tout de même très particulier tant géographiquement que par la beauté des lieux.
On peut aussi aller du parking jusqu’à la pointe en tracteur, car c’est assez long, il faut marcher environ 1,5 km sur la plage,

Nous avons privilégié la marche!

En cheminant, nous rencontrons quelques Gravelots à collier, un phoque et plusieurs Faucons crécerelles qui font du surplace au-dessus de nous têtes.

Grenen est la pointe de l’Europe avant la froide Norvège. Une longue bande de sable qui s’étire sur plusieurs kilomètres, avant de terminer en une étroite péninsule. Les mers Baltique et du Nord s’y affrontent en de tumultueux conflits de vagues.
La sensation est vraiment étrange quand on voit la mer arriver des 2 côtés de la plage, large seulement de quelques mètres à la pointe de la péninsule.
On se sent comme au bout du monde, sur cette étroite avancée de sable, les courants changeants interdisent toute baignade.

Nous reprenons la route, décidés à traverser le Danemark d’Est en Ouest. Le Danemark est plat, d’une platitude monotone, exaspérante, pas une rivière à traverser, pas un pont, pas un lac à longer seulement un ruban rectiligne bordé de cultures céréalières, de champs de pommes de terre en fleur et cela pendant 160 km, nous n’avons pas pris l’autoroute! Au cours de cette traversée, le thermomètre ne fait que grimper pour atteindre 36° vers 15h00. Est-ce la canicule?

Enfin, nous arrivons sur l’autre côté dans le parc naturel de Thy, une autre station balnéaire nous attend avec son flot de touristes et d’estivants.

Ah! Au fait!

Le Danemark est un pays scandinave qui regroupe la péninsule de Jutland et de nombreuses îles. Il est relié à la Suède, toute proche, par le pont de l’Øresund. Copenhague, sa capitale, accueille les palais royaux et le port coloré de Nyhavn, ainsi que le parc d’attraction de Tivoli et l’emblématique statue de la Petite Sirène.

Jeudi 21 juillet – 17° au lever dans une bonne brume de mer! – 220km aujourd’hui