En Auvergne

Mercredi 9 mai

Départ de la maison vers 10h30

Nous roulons pendant 2 heures et déjeunons sur l’aire de Dole Romange

Après quelques avatars, nous posons CW à Saint Pourçain sur Sioule vers 17h00.

Jolie aire gratuite au bord se la Sioule

Jeudi 10 mai

Nous quittons Saint Pourçain vers 10 h pour visiter Charroux, village médiéval, classé « plus beau village de France ».

Situé dans le département de l’Allier, Charroux est un petit village du canton de Chantelle d’environ 320 habitants, qui domine la plaine de la Limagne. Il fait partie de la région du Bourbonnais. 

Classé parmi les plus beaux villages de France, de ce qui fut dès le Moyen-Age une ville fortifiée autonome, avec ses privilèges, Charroux a gardé la complexité et l’étendue de sa structure urbaine.

Dans ce village, nous avons pu admirer l’église du XIIe siècle, ses puits, la tour de l’horloge, la porte d’Orient, la maison du Prince de Condé, la « Cour des Dames », la halle… et la boutique du confiturier!

,

Nous prenons la route des gorges de la Sioule, non sans s’arrêter au viaduc Eiffel de Rouzat.

La longueur totale du viaduc est de 180,60 m.

Le tablier métallique, d’une longueur de 130 mètres2, est constitué d’une poutre droite à treillis de croix de saint André.

Le tablier repose sur deux piles métalliques. Chaque pile est composée de quatre colonnes cylindriques, reliées par des croix de Saint-André. Les piles métalliques reposent sur des massifs en maçonnerie, dont l’un est implanté dans le lit de la rivière tandis que l’autre est appuyé sur la rive droite.

Un deuxième viaduc nous arrête : celui de Neuvial.

Nous suivons la Sioule pendant prés d’une heure à la recherche des gorges qui ne sont vraiment pas impressionnantes.

Un petit détour vers un méandre de la Sioule à Queuille.

Puis, nous nous arrêtons au Gour de Tazenat:

Cercle parfait de 700 m de diamètre et profond d’environ 66 m, le gour de Tazenat est un lac de cratère (un maar)
Un sentier en sous-bois permet d’en faire le tour aisément, ce que nous ne ferons pas.

Le Lac de Tazenat, qu’on allait voir, était formé par le dernier cratère de la chaîne d’Auvergne. Après trois heures de route, Paul dit soudain : « Tenez des laves ! ». Des rochers bruns, bizarrement tordus, crevassaient le sol au bord de la route. On voyait, à droite, une montagne camarde dont le large sommet avait l’air creux et plat, on prit un chemin qui semblait entrer dedans par une entaille en triangle, et Christiane, qui s’était levée, découvrit tout à coup dans un vaste et profond cratère un beau lac frais et rond ainsi qu’une pièce d’argent. Les pentes rapides du mont, boisées à droite et nues à gauche, tombaient dans l’eau qu’elles entouraient d’une haute enceinte régulière. Et cette eau calme, plate et luisante comme un métal, reflétait les arbres d’un côté, et de l’autre la côte aride avec une netteté si parfaite qu’on ne distinguait point les bords et qu’on voyait seulement dans cet immense entonnoir où se mirait, au centre, le ciel bleu, un trou clair et sans fond qui semblait traverser la terre percée de part en part jusqu’à l’autre firmament ». Guy de Maupassant

Nous repartons.J’avais programmé l’aire :

Les Marceaux 63390 SAINT-JULIEN-LA-GENESTE: alors, quelle désillusion lorsque nous avons constaté sa fermeture. Il nous a fallu trouver un autre point de chute : c’est ainsi que nous sommes arrivés à Sauret-Besserve où une aire de CC bien sympathique nous attendait au pied de l’église.

Vendredi 11 juin

Après avoir souhaité un joyeux anniversaire à Aurélie, nous nous arrétons au barrage de Fades au pied d’un magnifique viaduc.

Quelle surprise de découvrir un couple de Faucons pèlerins en train de nourrir 2 juvéniles

Quelques hirondelles de rochers nous interpellent.

Hirondelle de rochers

Nous poursuivons en nous perdant à la recherche d’une cascade que nous découvrons à Montfermy.

Notre prochaine étape est le Puy de Dôme:

Nous posons Cw et gravissons la pente à laide du petit train « le Panoramique des dômes »

Un grand soleil et une atmosphère légèrement brumeuse nous laissent admirer la chaîne des Puys.

Nous passons la nuit sur l’aire d’Orcines

Samedi 12 mai

Départ vers 10h00 en vélo avec la chariotte et Gaby

Apres 3,5 km sur la route, nous arrivons au parking de Goules.

Nous empruntons la piste en direction du Pariou sur 1,5 km puis arrive l’ascension sur 1 Km assez raide puis très raide environ 500 marches pour monter au paradis.

Vue magnifique sur la chaine des Puys avec le Puy de Dôme en premier plan.

Quelques photos après , nous descendons dans le cratère pour le plaisir de remonter.

Il nous faut alors redescendre , nous prenons l’option forêt, ce qui nous fera une rallonge de 2 Km

Picnic salvateur, repos du guerrier et de la guerrière, même Gaby se repose.

Nous remontons sur les vélos pour retrouver Canariwolf .

Dimanche 12 mai

Après avoir fait le plein d’eau et les différentes vidanges, nous traversons Clermont Ferrant pour prendre de l’essence avant de nous diriger (un feu de gabarit en moins)vers Gergovie et son plateau : magnifique vue à 360 et un office de tourisme exceptionnel qui nous dresse notre planning des prochains jours.

« Le siège de Gergovie, en 52 av. J.-C., est une des batailles principales de la Guerre des Gaules. Elle vit les forces gauloises rassemblées sous la conduite de Vercingétorix repousser victorieusement les assauts des légions romaines de Jules César, qui assiégeaient l’oppidum de Gergovie, à proximité de la cité arverne de Nemossos. » extrait de Wikipedia

Déjeuner sur le plateau puis départ pour2 villages remarquables Saint Amant et Saint Saturnin

Direction le lac d’Aydat , son aire de camping-car où nous posons CW.

Promenade sur les hauteurs à vélo..les abords du lac sont beaucoup trop populeux!

Nous découvrons de splendides paysages entre Puy de Dôme et Puy de Sancy encore enneigé.

Nuit calme.

Lundi 14 mai

Nous retournons sur les hauteurs prendre quelques photos d’oiseaux

Quelques courses à l’épicerie locale, visite de l’église.

Ensuite départ pour le lac Serviéres en passant par Orcival (cause déviation)

Nous déjeunons prés du lac à l’ombre et CW redémarre vers les Roches Tuilière et Sanadoire.

Site remarquable d’Auvergne, les Roches Tuilière et Sanadoire sont les vestiges de deux volcans du massif du Sancy dont les profils ont été fortement érodés par les glaciers. 

Elles appartiennent au massif volcanique de l’Aiguillier dont la période d’activité s’échelonna entre 2.2 et 1.8 millions d’années.

Il n’en reste plus que la cheminée (Tuilière) et un morceau de cône (Sanadoire) séparés par une vallée en auge.

La Tuilière présente des colonnes prismatiques disposées en gerbes. On utilisait autrefois ses pierres pour couvrir les toits des maisons. Ce sont les fameuses lauzes.

La Sanadoire, « roche sonnante », car la phonolite résonne quand on la frappe, culmine à 1290 m. Elle a porté jusqu’au XV° siècle un château réputé imprenable. Il peut paraître surprenant qu’elle ait pu supporter une forteresse même de dimension modeste. Un ébranlement a diminué de beaucoup sa surface au sommet.

Après avoir longé le lac de Guéry nous allons nous poser à l’aire de Murat le Quaire

Sortie du soir autour du lac à coté de l’aire de CC

Mardi 15 mai

Nous quittons l’aire pour monter à la Banne d’Ordanche. Haut lieu de modélisme pour les planeurs…

environ 1h00 de grimpette pour une vue éblouissante !

Revenus au parking que de surprises ornithologiques:

Linotte mélodieuse, Alouette …traquet motteux

Nous passons 1 heure à observer, puis déjeuner et départ pour les 2 cascades du Rossignolet et du Queureuilh .

Après un arrêt à la Taillanderie du Mont D’or, nous décidons de passer la nuit à la banne d’Ordanche et assistons alors à un splendide coucher de soleil

Mercredi 16 mai

Nous quittons la Banne pour partir sur Saint Nectaire.

Une étape au Lac Chambon dont nous faisons le tour puis une autre étape au château de Murol.

Déjeuner sur l’herbe entre Murol et Saint Nectaire puis visite de l’église de Saint Nectaire :

Les 37 degrés dans la vallée nous poussent à remonter pour se mettre au frais dans la ferme des marmottes, une étape France Passion, un délicieux Saint Nectaire puis une nuit fraiche et reposante.

Cliquez sur l’image

Jeudi 17 mai

Nous quittons la ferme de bonheur pour descendre dans la vallée de Chaudefour.

Depuis la maison de la réserve, nous visitons les 3 cascades de la vallée: 4 h et 10 km, après nous nous attablons au restaurant devant un gratiné auvergnat( jambon saucisson et saint Nectaire).

Enfin départ pour Super Besse ou nous arrivons avec la pluie.

Vendredi 18 juin

Après une nuit pluvieuse , nous nous réveillons dans le brouillard.

Nous rejoignons le Lac Pavin, et en faisons le tour (1h)

A mi-chemin entre Besse et Super Besse, un lac d’origine volcanique !

Né il y a 6900 ans d’une explosion due à la rencontre d’une nappe phréatique et d’une montée de lave lorsqu’une partie du flanc nord du puy de Montchal (au-dessus) fut pulvérisée, devenant un ‘maar’ et se remplissant d’eau.
Altitude = 1197 m – Profondeur = 92 m – Superficie = 44 ha.  Le lac Pavin abrite un hôte de marque: l’omble chevalier.

Déjeuner sur place , le ciel s’est dégagé donc nous retournons à Super-Besse pour prendre le téléphérique de la Perdrix pour monter au Sancy.

12 km après de splendides paysages et un vent très violent nous retrouvons Canariwolf!

Canariwolf

Ma montagne

Ma montagne

.

À ma porte, trois sommets aux dents acérées,

C’est une ligne brisée sur fond azuré.

Ici, point de marée pour nous faire voyager,

Un regard suffit et nous laisse imaginer…

.

Des nuages cotonneux languissent sur les sommets,

Couronne royale sur des têtes escarpées ;

Ce sont des vaisseaux blancs et sans voiles

Qui nous emmènent indolents vers les étoiles.

.

Nous avons une montagne comme horizon,

Des vagues de sapins sur une mer émeraude

Parfois saupoudrée par une écume neigeuse.

.

Sur les cimes, ballons ou pics, le chant du torrent 

Remplace avantageusement le fracas des brisants.

Le vent soupire entre les vallées bienheureuses.

.

Guy E – juin 2021

Désenchantement

Désenchantement

La nature chante comme chante la vie.

La musique étire ses gammes à l’envie.

Le jour se lève, c’est le lever de rideau

Sur le théâtre, sa scène et quelques tréteaux.

.

Merveilles du monde qui ne sont pas que sept,

Qui n’émerveillent plus ni homme ni prophète. 

.

Pourtant, la nuit soupire, en un souffle se trouble

En découvrant ce que l’homme défait le jour.

Les animaux ne sont pas faits pour vivre en cage.

Certains s’éteignent, ne restent que des images.

.

Merveilles du monde qui ne sont pas que sept,

Qui n’émerveillent plus ni hommes ni prophètes. 

.

Notre avenir n’est qu’une insatiable quête

De prendre sans rien laisser ?  Que des étiquettes…

Ne pas s’étonner que l’eau devienne poison 

Que la terre soit stérile en toute saison.

.

Merveilles du monde qui ne sont pas que sept,

Qui n’émerveillent plus ni homme ni prophète. 

.

Guy E – juin 2021

Les ailes du temps

Les ailes du temps

La vie s’envole, portée par les ailes du temps 

Qui emmène avec lui, nos joies et nos peines. 

Comme cet oiseau qui joue dans la fontaine,

Avant de s’élever dans l’azur éclatant.

.

Comme ce papillon, elle voltige, fragile,

Tantôt volage ou parfois capricieuse.

Elle se pose puis s’échappe, gracieuse,

Butinant le temps à la recherche d’un asile.

.

La peur de se perdre, ne plus avoir pied,

L’empêche d’avancer. Il lui reste le rêve

Pour enfin s’accorder un moment de trêve :

Un répit, une recherche de liberté.

.

Quelques mots qui brillent, renaître pour avancer,

C’est l’espoir de la vie qui s’ouvre à l’avenir.

Le bonheur était là, il fallait s’en servir,

Pour croire sans tourment à sa destinée.

.

Guy E- juin 2021

L’aube d’un rêve

L’aube d’un rêve

.

Il est trop tôt pour que l’aube se lève.

Le sommeil recouvre la vie et ses rêves.

Mystère de la nuit, il n’y a que des songes

Pour lever le désir, point de mensonges.

.

Au seuil de ce jour, le bonheur s’éveille, 

Illumine tes yeux à l’ombre du soleil.

Un geste réchauffe mon cœur, une ritournelle, 

Douceur d’un sourire, richesse du rituel.

.

Éveille-toi mon ange et faisons un roman.

Souviens-toi de ce jour, celui de ton serment ;

Une page s’ouvre, il nous faut l’écrire.

Laisse ce beau soleil éclairer ton sourire.

.

La lumière nous guide vers de nouveaux rivages.

Nos rêves ne sont pas un mythe ou un mirage.

Une évasion à deux, n’est-ce pas audacieux ?

Rendors-toi ma mie, ce jour est merveilleux.

.

Guy E – mai 2021

Rossignol

Rossignol

Sur la plaine perlée de fleurs et d’alouettes,

Écoute ce chant qui vole au-dessus des buissons,

Qui berce nos jours et nos nuits à l’unisson.

Jamais un rossignol ne fut l’interprète

D’un récit de voyages en ce coin de France,

Sur cette terre stérile parsemée de cailloux

De cette plaine de Crau délaissée par la Durance ;

.

Jamais je n’entendis un couplet aussi doux

que lors de ce printemps au bord de ce fourré :

Une mélodie sans fin, subtil chant occitan

Qu’un musicien fugace lançait de ce bosquet.

Abreuvant mes rêves aux accords apaisants,

La nature ouvrait ses senteurs de thym et de genêt,

Extase de parfums sur mon cœur engourdi,

Ivresse des sens dans mon âme endormie,

Tu réveilles l’amour et écris mes sonnets.

Guy E – mai 2021

La cascade de ma vie

La cascade de ma vie

Une cascade de mots tombe en cadence,

L’histoire de ma vie et de ses carences. 

Profitant de la pluie, quelques vers se souviennent 

De ses escapades, celles qui me reviennent.

.

Lettres et mots s’écoulent sans la notion du temps ;

Trop sauvages ou bruyants, je les ramène à néant .

Mes pensées réveillent des illusions, des deuils,

Des batailles perdues et bien trop d’écueils.

.

Au soir venu, j’écris ce que j’ai fait de mieux :

Oublié le mal pour ne voir que le joyeux.

Mon cœur épanouit renouvelle ses vertus.

Des blessures du passé, rien ne se perpétue. 

.

J’aspire avidement à jouir du temps présent,

Des âmes joyeuses qui brillent dans mes yeux.

Je pense donc j’écris, et j’éprouve mon âge

 En continuant à faire vivre mon personnage.

.

Guy E- mai 2021

Un chemin, une vie

Un chemin, une vie

Je m’en vais vers demain, mais ne peux m’arrêter..

Sous mes pas, la vie chante et me regarde passer.

.

Le chemin, pas si long, m’est devenu trop court.

Alors pourquoi se perdre à chercher son parcours ?

Je ne me souviens pas avoir pris ce sentier,

Souvenir trop lointain- était-il balisé ?

.

D’une marche peu hésitante, sans conducteur,

J’ai gravi sans peine mes sommets de bonheur,

J’ai chanté mon chemin comme tout voyageur.

Entre deux passages, j’ai dû ouvrir mon cœur.

.

D’un regard optimiste, sagesse de l’esprit,

J’ai pris la liberté à laquelle j’ai souscrit.

Après de rares maux que j’ai subi à tort,

Quelques courtes pauses ont rassuré mon corps.

.

Je laisse ces traces, celles de mon parcours   

Pas encore sinueux, qui en ces beaux jours, 

Dévoile une vie qui me donne des envies  

Et fait jouer les mots dans quelques poésies.

.

Guy E – mai 2021

Effet miroir

Effet miroir

.

Je regarde ce miroir et ne vois que le soir

Qui ne me laisse du jour que ses accessoires.

Se souviendra-t-il de moi et de ces visages

Qui composent ma vie et bien d’avantage ?

.

Quel est cet homme sur ce mur qui me dévisage ?

Il est peut-être le sage et moi le sauvage

Qui fuit son temps et son éphémère image,

Innocente complice à travers les âges.

.

Je ne vois qu’un imposteur qui m’efface

En voulant simplement s’imposer à ma place.

Il est grand temps pour moi de briser la glace

Dans l’espoir de ne point perdre la face.

.

Aussi devrais-je peut être en briser le verre 

Pour voir enfin du cours de ma vie son envers.

Toutes ces années à fabriquer des souvenirs

Qui un jour s’effaceront dans un soupir.

.

La vie n’est seulement qu’un mirage

Qui dans les cieux ne reflète que les nuages,

Comme ce miroir recouvert de buée

Pour mieux masquer notre destinée.

.

Guy E – mai 2021

Adieu jeunesse

Adieu jeunesse

Il n’y aura jamais de seconde jeunesse ;

La terre tourne et en efface l’allégresse.

Les années s’écoulent et creusent nos sillons

Avec si peu d’égards pour nos émotions.

.

Oh, j’aurais tant voulu détourner mon regard

Vers les cieux d’autrefois, que les années séparent !

Vivre sans crainte de devoir me souvenir ;

De l’avenir, ouvrir les portes sans repentir.

.

Mon esprit apaisé a brulé son ivresse

Et s’emmène lentement hors de ses liesses.

Décidé à trouver des graines à semer,

Je fleuris ton jardin pour plaisir de t’aimer.

.

Ta main dans la mienne, nous écoutons le ciel

Chanter notre jeunesse que nos cœurs recèlent.

Nous devons détourner la rivière du temps

Pour voguer aux quatre vents sur notre océan ! 

.

Guy E – mai 2021

Croches et pointes

Croches et pointes.

Quand cette frêle silhouette élastique

Rythme, en sauts de chat et jetées fantastiques,

Les accords d’une gracieuse symphonie

D’un corps juvénile qui danse en harmonie.

.

Quand d’un violon qui pleure entre deux silences,

Une complainte qui résonne avec cadence,

Les notes s’envolent dans le puits de mon âme,

Et dansent un instant au timbre de ses gammes.

.

Sur scène, où la lumière illumine son cœur, 

Je vois fuser les mélopées du bonheur

D’une danseuse, prête à prendre son essor.

.

De l’âme de l’alto à celle du cygne,

Il lui suffisait de tracer la droite ligne.

Deux chaussons de satin ont été son ressort.

.

Guy E – mai 2021

La nuit

La nuit

Le jour se penche sur le puits des ténèbres ;

La lumière se perd dans un songe funèbre

Peuplé d’ombres silencieuses, de génies

Qui frissonnent au souffle d’âmes endormies.

.

Le ciel d’or et de cuivre se drape de noir,  

Accueille les sombres desseins du purgatoire

Qui précède la venue d’esprits égarés, 

Errant dans les reflets de modestes clartés.

.

L’obscurité profonde est maintenant extrême ;

Cachant au monde son lumineux diadème,

Phèbé se perd dans un labyrinthe d’étoiles.

L’astre de la nuit se dérobe sous un voile.

.

Les hommes sombrent dans un rêve salutaire,

Chaque maison gardée par un chien solitaire

Qui retient au loin les créatures nocturnes,

Laissant dans l’ombre leur présence inopportune.

.

C’est l’heure où la terre tourne sans contentieux,

Reflète sans discorde dans l’ombre des cieux

Le mystère de la vie qui murmure aux témoins

Le destin de l’humanité et son chemin.

Guy E -mai 2021

Heureux à deux

Heureux à deux

.

Ce poème est pour toi qui partage ma vie.

Ces quelques mots d’amour pour cette fantaisie,

Le piment d’un bonheur qui imprègne mes sens,

Que tu as partagé sans autre redevance.

.

De vies éphémères, à l’ombre des passions,

Un chemin dévoile l’avenir de notre union.

Tu es la poésie que je lis dans tes yeux,

Les notes qui composent ce chant mélodieux.

.

Ainsi, ta présence enchante mes journées,

Apaise les doutes d’un esprit exalté, 

De mon cœur qui ne bat qu’au rythme de ta voix.

.

Ton amour conjugue le passé au futur,

Et accorde ma vie sans aucune écorchure.

Invraisemblable, c’est le bonheur loin de toi !

.

Guy E – avril 2021

Le goéland

Le goéland,

Dans le ciel azuré vogue le voilier blanc.

Il glisse sans bruit au-dessus de l’océan.

Ses ailes déployées, il plane sans effort.

Dessinant, sous les pâles nuages qu’il honore,

Ces amples arabesques savamment tracées

Du bout de ses ailes : c’est une écriture chiffrée,

Défi à la gravité, qui livre les secrets 

Des vents marins et de leurs courants éthérés.

.

Immobile dans l’air, il se pose sans battement,

Digne et fier, regarde sur la plage ses habitants :

Prisonniers du sol, ils n’ont pas d’ailes pour voler ;

Puis tend ses bras argentés, par les airs porté,

Regarde d’en haut, se moquant d’un cri railleur.

Il se baigne dans les nuées, libre voltigeur.

Joue avec le soleil, tantôt gris parfois blanc.

Emporté par la brise, où vas-tu goéland ?

.

Guy E – avril 2021

Mon ombre

Mon ombre

.

A l’aurore, mon ombre a gagné ses couleurs : 

Hier encore, elle était effacée, sans lueur.

Mystère de la vie, elle marchait derrière,

Et pourtant, elle et moi, vibrons à la lumière.

.

Elle suivait mes pas, loyale imitatrice.

Répétant mes gestes, talentueuse actrice,

Elle allait où j’allais : c’est donc son seul destin,

Un bâton de pèlerin sur chaque chemin.

.

À l’aube, le soleil me réchauffait le dos :

Elle m’a dépassé, étrange silhouette.

Ne serai-je qu’une docile marionnette ?

.

Attitude insolente, une atteinte à mon égo.

Sans se retourner, elle s’est illuminée.

A travers elle, un arc en ciel s’est révélé.

.

Guy E -avril 2021