Mon vaccin

Mon vaccin

Un nouveau printemps est là, le virus demeure.

Sur la terre, sans vergogne, il dissipe la peur 

Et active sournoisement la défiance.

Aucun dialogue ne supprime la méfiance.

.

Notre belle France, patrie de Pasteur, enrage.

Existe-t-il un vaccin contre les commérages ?

Sur les petites ondes et les grands écrans,

Tout à chacun se prend pour un démiurge

Dont le génie exprimé par les dramaturges, 

Contredit de nos concitoyens le bon sens, 

Trop souvent occulté par la méconnaissance.

.

Puissance de la science, un vaccin en est l’essence :

Inconscience de certains ou antithèse de l’excellence ?

Mettant en avant un manque de certitude, 

Ces vaccins décriés, génèrent l’ingratitude,

La source de nos maux et de notre discorde.

.

Principe de précaution, point de miséricorde.

Disproportion du doute, la faute à nos dirigeants !

Cette résistance est pour le moins affligeante.

C’est ainsi que pour retrouver ma liberté,

C’est décidé, je me fais vacciner.

.

Guy EDUS – mars 2021

La revanche du pangolin

La revanche du pangolin

.

C’était loin, c’était en Chine, c’était avant,

C’était il y a un an, nous étions insouciants.

Le printemps approchait. La nature s’éveillait.

Le Pangolin mourait, le pangolin se vengeait.

Sa dernière volonté dans son testament :

Léguer à l’humanité généreusement

Cet intrus couronné qui devait nous changer,

Chambarder notre vie, sans avertissement. 

Dès lors, contre toute attente, aussi aisément

Sans visa, il traversait en hâte nos frontières.

Nous ne connaissions pas son âme meurtrière.

Aucune résistance pour repousser son avancée.

Cet envahisseur s’immisçait dans nos foyers.

.

Notre armée impuissante se trouva désarmée

Face à cette nouvelle invasion sans armée.

Ultime recours après maintes hésitations,

Le confinement en fut la seule solution :

Total, là où chacun restait sur ses arrières,

Puis partiel, appuyé par des gestes barrières.

Chacun faisait au mieux, plus besoin de casque ;

Quelques humains sceptiques exhibaient leur masque, 

Combattant avec courage contre ce minus

Qu’il fallut bien renommer coronavirus.

 .

Une contrattaque après une première victoire,

L’issue du combat difficile à concevoir

Nous contraignit, dernière stratégie,

Pour ne plus devoir réglementer nos sorties,

A vivre plein d’espoir, combattre ce mutin,

Se résigner, nous replier sur un vaccin.

.

Guy E – janvier 2021