Road trip en Scandinavie – semaine 4

Pour suivre plus finement l’itinéraire et avoir plus d’informations connectez vous ICI

Notre road trip en Scandinavie Semaine 1 Cliquez ICI

Notre road trip en Scandinavie Semaine 2 Cliquez ICI

Notre road trip en Scandinavie Semaine 3 Cliquez ICI

Notre road trip en Scandinavie Semaine 5 Cliquez ICI

Notre road trip en Scandinavie Semaine 6 Cliquez ICI

Notre road trip en Scandinavie Semaine 7 Cliquez ICI

Lien vers la 8 ème semaine: Cliquez ICI

Lien vers la semaine 9 Cliquez ICI

Lien vers la dixième semaine Cliquez ICI

Lien vers la onzième semaine cliquez ICI

Pour l’itinéraire complet, cliquez ICI

Déjà la 4 ème semaine, nous avons parcouru à ce jour 5611 km et CW a consommé 9,2litres /100 km.

Ce matin nous avons en vain tenté de trouver une cafetière, la nôtre m’ayant explosé dans la main hier matin.

Pour cela , nous sommes rentrés dans le AMFY : Grand centre commercial avec de nombreuses enseignes sur 2 étages.

Alta est la première ville après le Cap Nord composée de l’ancienne Alta et de Alta City : ville moderne avec une avenue principale qui part du AMFY et s’aligne sur la Cathédrale des aurores boréales – je lui trouve un petit air de La Chapelle de Ronchamp de Le Corbusier.

La cathédrale des aurores boréales – église d’Alta ( norvégien : Nordlyskatedralen – Alta Kirke ) est une église paroissiale de l’ Église de Norvège dans la municipalité d’Alta, dans le comté de Troms og Finnmark.  Elle est située dans la partie centrale de la ville d’ Alta . 

L’église moderne a été construite dans un style circulaire en 2013. L’église peut accueillir environ 350 personnes. .

Déjeuner au bord du fjord puis nous allons à Alta Museum pour un parcours de 6 km sur chemins et passerelles à travers les gravures rupestres de Hjemmeluft inscrites au patrimoine mondiale de l’UNESCO, en raison de sa grande valeur archéologique. Il s’agit du seul site préhistorique retenu par l’UNESCO en Norvège.

Nous retournons ensuite bivouaquer au même endroit que la veille en bordure de la rivière ALTA, et nous y retrouvons nos oiseaux rares de la veille: Combattants variés en pleine action et un petit groupe de Garrots à oeil d’or.

Ah! au fait, lorsque nous sommes partis le 2 mai, le printemps était bien installé et doucement à chaque étape , nous avons remonté le temps pour nous retrouver en plein hiver au Cap Nord. Alors que nous commençons à descendre vers le Sud , nous retrouvons quelques bourgeons, signe que le printemps n’est plus loin.

Mardi 24 mai – 150 km de Alta à Sopnes sur le Langfjord. 16° au départ et nous avons vu 17° peu après. Quel changement!

De ALTA à SOPNES sur le Langfjord en passant par Oksfjord tout au Nord.

Départ 9h50 après avoir fait tous les pleins : Gasoil et GPL sur les 2 bouteilles, en effet en Norvège, on ne rechigne pas à remplir la bouteille de propane, elle est pesée avant, puis pesée pendant le remplissage sur une bascule à poids pour déterminer la quantité de gaz , quand les poids basculent, elle est pleine.

Nous poursuivons ensuite en faisant le tour du Langfjord,

Pause déjeuner au bord du fjord à côté d’une petite église fermée comme toutes les autres en compagnie d’une quinzaine de rennes.

Surprise, les oeufs achetés la veille sont blancs comme neige !

Nous traversons ensuite une barre montagneuse très enneigée mais avec une route bien dégagée.

Nous redescendons sur un fjord plus étroit que nous suivons jusqu’à ce village de pêcheurs à l’extrème pointe : Oksfjord. Quelques achats au Coop local pour remplacer le matériel de pêche laissé dans le premier fjord …sûrement un trop gros poisson, peut-être même un énorme saumon…

Un petit mot sur la poussière omniprésente, sur les routes,sur l’herbe, sur les habits… il s’agit sans doute de la poussière des roches soumises à une forte érosion .

Après cette excursion à l’extrémité du Fjord , nous revenons sur nos pas pour poser CW pour un nouveau bivouac sauvage là où nous avons fait la pause déjeuner. Il fait toujours 15°.

`

Mercredi 25 mai – 180 km entre Sopnes et Nordnes- 13° au lever

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est 20-sopnes-nordnes.png
De Sopnes à Nordnes (nous allons vers le sud)

Destination Sørkjosen, petit port de pêcheurs – nous passons un col enneigé à 400 m d’altitude au dessus du fjord avec une température de 13°; les sommets environnants sont à environ 700 m . Nous subissons un grand vent de 75 km/h ( indiqué sur un écran ), CW bouge dans tous les sens.

Peu après, nous doublons ce même cycliste avec 2 chariottes que nous avions croisé dans l’ascension du Cap Nord, quel mérite! Il nous dit parcourir entre 75 km et 100 km par jour. Peut-être le reverrons nous ces prochains jours, nous avons le même parcours. Nous sommes le lièvre et lui la tortue!

Pause déjeuner à Sørkjosen, au bord du fjord fouetté par le vent : nous abritons CW derrière un atelier.

Aprés quelques essais de pêche infructueux, nous repartons et à la sortie du premier tunnel , surprise: un policier en travers de la route nous intime l’ordre de nous garer sur le parking en face – je n’en mène pas large … contrôle du permis de conduire, de la carte grise , d’où venez vous? où allez vous? enfin il sort un éthylomètre. Ouf! grand soulagement, il ya bien longtemps que nous avons épuisé les quelques bouteilles de vin emmenés depuis la France…

Nous reprenons notre route et approchons les Alpes de LYNGEN avec 21° et un ciel bleu azur. Les qualificatifs manquent pour décrire le décor. A vous d’admirer!

Nous traversons une partie de ces reliefs par un tunnel de 6km récemment percé .

Il est temps de poser CW au bord du fjord sur l’ancienne route aujourd’hui inutilisée. En face, les Alpes de Lyngen!

Nous sortons les chaises pour nous poser au soleil .

puis nous effectuons une marche de 5 km sur cette route désaffectée, l’eau ruisselle de partout en cascades.

Je remets la ligne à l’eau pour un autre essai toujours aussi infructueux, nous mangerons les pâtes sans accompagnement!

Ah oui , au fait , nous rattrapons le printemps!

Jeudi 26 mai – 90 km de Nordnes à Balsfjord, ciel légèrement nuageux 15° au lever.

Cette nuit, je me suis levé vers minuit 30 pour assister à ce soleil de minuit. Toujours aussi magique!

8h30, pas de vent aujourd’hui : je mets ma ligne à l’eau, quand au premier lancer, j’entends un souffle devant moi – 2 marsouins nagent paisiblement à quelques mètres! Le temps de remonter avertir Chantal , ils étaient partis un peu plus loin , mais ils étaient maintenant 5 à nager dans le fjord bleu où se mirent les sommets enneigés… Grandiose!

Peu après, nous quittons cet endroit idyllique pour avancer vers Tromsø. Nous nous arrêtons quelques kms plus loin pour les services d’usage puis roulons jusque vers midi et posons CW au bord du Balsfjorden, prés de l’église de Balsfjord.

Déjeuner au bord du fjord puis partie de pêche fructueuse. Quelque beaux cabillauds (Cod, morue) mordent à l’hameçon. 2 lituaniens très sympas, pêcheurs également, me donnent une leçon pour nettoyer les poissons.

Depuis notre bivouac, un chemin nous guide vers d’autres peintures rupestres à travers la taïga encore très humide de Tennes.

Gaby en profite pour lever un lièvre arctique, nous le rappelons mais rien n’y fait , l’occasion est trop belle. Il nous revient quelques minutes plus tard crotté jusqu’au dessus des oreilles mais heureux.

Au fait, le printemps n’est plus loin!

Vendredi 27 mai – 97 km entre Balsfjord et Tromsø

Nous quittons un peu à regret le bivouac tranquille au bord du Balsfjorden, mais il nous faut avancer d’autant plus que nous sommes inquiets pour poser CW à Tromsø, en effet il n’y a qu’un seul camping et en Norvège comme en France, il est de coutume de faire le pont entre le jeudi de l’ascension et le weekend.

Le Norvégien est très porté sur le camping-car et la caravane dans une moindre mesure. Depuis hier, nous voyons pleins de bivouacs sauvages sur les rives des fjords. et les campings nous paraissent plutôt très occupés.

La route nous fait passer d’un fjord à l’autre, pour finalement rejoindre le même que celui que nous avons quitté. Il faut préciser qu’un fjord est tentaculaire avec des bras qui occupent ainsi plusieurs vallées.

Enfin nous arrivons à Tromsø , la première et la plus grande ville du Nord de la Norvège. Située dans le comté de Troms, au Nord du cercle polaire arctique, elle a une superficie de 2 558 km2 et comptait 76 734 habitants au 1er janvier 2019, ce qui en fait la huitième ville du pays. Elle est surnommée « le Paris du Nord » et est la ville de plus de 50 000 habitants la plus septentrionale du monde.

Dés notre arrivée dans la ville , nous recherchons la grande zone commerciale Elkjøp Tromsø puis la porte K1 pour rentrer dans un grand magasin (type Boulanger) : nous y trouvons et achetons une machine express Dolce Gusto. Le café du matin et du midi nous manquait tant… depuis l’explosion de notre machine à piston.

Ensuite direction camping Lodge-Arthur, nous roulons alors dans un tunnel qui passe sous la colline sur laquelle s’est construite la ville – surprise! : 3 ronds-points dans ce long tunnel pour nous diriger vers l’une où l’autre extrémité de l’île.

Rond- point dans le tunnel

En arrivant, plus de place avec électricité, pas de problème notre batterie lithium nous permet largement de nous en passer, d’autant plus que les places sans électricité se trouvent très à l’écart, à côté de la rivière et non pas sur la place centrale qui ressemble à un grand parking.

Pause déjeuner qui nous permet d’apprécier le cabillaud péché la veille et bien cuisiné par Chantal!

Nous apprécions alors notre premier café Dolce Gusto!

Comment ça marche?

Nous allons ensuite à Tromsø en prenant le bus n°24 – 6 € par personne billet valable 1h30 , beaucoup de grandes enseignes, de restaurants , d’hôtels et de magasins de souvenirs – Trolls-sucreries et glaces sont très présents.

Et des 3 cathédrales, dont la plus célèbre : la cathédrale arctique.

Nous rentrons vers CW alors qu’un petit crachin nous surprend après le beau temps de ces jours derniers, mais cela ne dure pas et le bleu revient.

Ah! au fait le printemps s’installe en ville et nous avons même entendu le coucou !

Samedi 28 mai – 60 km entre Tromsø et l’île de Sommaroy -7°au lever, il pleut!

De Tromsø à l’île de Sommaroy

Le temps de petit déjeuner, le temps s’éclaircit et le soleil se montre! vidange et remplissage avant d’aller sur le parking payant de Polaria : nous sommes très déçus par les aquariums et le bassin des 3 phoques qui tournent en rond et font pitié. C’est juste une sortie dominicale avec les enfants… et encore…

Le film panoramique sur le Svalbard est intéressant : Belles images , beaux paysages arctiques.

Les Norvégiens aiment beaucoup les bonbons et autre sucreries – dans chaque magasin visité, une console entière leur est attribuée.

Pour ne pas rester sur notre faim, nous allons faire quelques courses au supermarché EUROSPAR puis déjeunons sur le parking qui ,lui, est gratuit!! puis nous cherchons à poser CW prés de MAGIC ICE ne sachant pas du tout à quoi nous en tenir.

Il s’agit en fait d’un bar de glace, tables et bancs en glace avec sculptures et cocktails servis dans une coupe faite de glace. à l’intérieur la température est maintenue à -5°, aussi nous prête-t-on un poncho fourré que l’on supporte bien; le cocktail se déguste dans un jeu de lumières magiques…

Nous avions prévu de faire le plein de GPL à Tromsø, hélas en arrivant à la LPG station, une affiche nous annonce que la cuve est vide et qu’il nous faut attendre la prochaine livraison… Le ravitaillement en gaz est réellement un problème en Norvège…les points de ravitaillement sont très distants et pas toujours approvisionnés.

Nous quittons donc Tromsø aprés avoir pu enfin rentrer dans la cathédrale protestante, mais la pianiste nous a recommandé de ne pas approcher de son piano! nous étions sans doute porteur de mauvaises ondes.

Le Norvégien dans son véhicule suit scrupuleusement les règles mais n’a aucune tolérance encore moins d’indulgence pour le pauvre touriste qui hésite et est parfois un peu perdu!

Direction l’île voisine de Sommaroy,

Quelques tunnels et ponts après, nous posons CW au bord de la mer devant un archipel d’une beauté à couper le souffle .

Il est 19h30 . Il est l’heure de l’apéro…

Ah! au fait, le printemps nous attend!

Dimanche 29 mai 10 km puis 45 minutes de ferry puis 14 km jusqu’à Husoy sur l’ile de Senja –

De l’île de Sommaroy à l’île de Senja

10° au lever puis 20° à 16h00.

Petit déjeuner, avec une vue magnifique puis nous partons pour une randonnée de 3h00 qui consiste à monter au plus haut sommet de l’île 213 m, mais nous partons de 0 ! quelques passages difficiles où une corde tendue est nécessaire. Mais arrivés en haut quel spectacle !

Retour vers 13 h00 après avoir eu nos enfants et petits enfants en WhatsApp – c’est la fête des mamans!

Un autochtone fait monter 2 moutons dan sa barque pour les lâcher sur une ile proche pendant 2 mois.

déjeuner : Au menu saumon norvégien et risotto.

Lessive et repos jusqu’à 16h00. Il est temps d’aller au port prendre le ferry : en arrivant 18 véhicules attendent déjà – nous avons peur d’être obligés d’attendre le suivant qui part à 20h45.

Notre plaque est prise en photo et la somme sera débitée sur notre compte. Nous avions pris soin de nous enregistrer sur le site  » E pass 24″

Enfin nous montons CW dans les derniers et derrière nous certains restent en rade.

Après une traversée de 45 minutes nous débarquons sur l’île, passons un premier col sur une route très déformée , en travaux ou en piste… nous posons CW au port de Husoy .

Le village de 0,11 kilomètre carré a une population (2017) de 285, ce qui donne au village une densité de population de 2591 habitants par kilomètre carré. Jusqu’à ces derniers temps, l’île n’était accessible que par bateau ; cependant, il est maintenant relié à l’île de Senja par une chaussée de 300 mètres de long (980 pieds) . L’île possède une épicerie, une école primaire et secondaire, une garderie, un restaurant et la chapelle Husøy .

Ah! au fait le printemps nous a attendu, le golf stream y est pour quelque chose!

Notre road trip en Scandinavie Semaine 5 Cliquez ICI

Aurores boréales

Aurores boréales

.

Le disque solaire fatigué a fui le jour.

Une lueur diaphane dessine le contour

De ce croissant de lune qui monte à l’horizon.

La nuit mystérieuse s’épaissit tel un poison.

.

Elle dévoile pudiquement des ombres d’un autre âge

Qui se mettent à danser au-dessus des nuages.

Qui a semé dans les nues cette poussière d’étoile,

Venue des confins, s’accrocher à notre toile ?

.

Est-ce une respiration divine, un vent solaire ?

Qui souffle dans cet abysse crépusculaire ?

Je me plais à imaginer tous ces soupirs.

.

Esprits exhalant sur ce voile or et saphir,

Lumière douce venue valser au firmament,

Âmes des ancêtres en mal de leurs enfants.

.

Guy E – février 2021