Road-Trip en Norvège semaine 12

Notre road trip en Scandinavie Semaine 1 Cliquez ICI

Notre road trip en Scandinavie Semaine 2 Cliquez ICI

Notre road trip en Scandinavie Semaine 3 Cliquez ICI

Notre road trip en Scandinavie Semaine 4 Cliquez ICI

Notre road trip en Scandinavie Semaine 5 Cliquez ICI

Notre road trip en Scandinavie Semaine 6 Cliquez ICI

Notre road trip en Scandinavie Semaine 7 Cliquez ICI

Notre road trip en Scandinavie Semaine 8 Cliquez ICI

Notre road trip en Scandinavie Semaine 9 Cliquez ICI

Notre road trip en Scandinavie Semaine 10 Cliquez ICI

Notre road trip en Scandinavie Semaine 11 Cliquez ICI

Lundi 18 juillet lever avec 17° temps mitigé

Nous quittons la Norvège un peu le coeur gros , CW a parcouru 11890 km et a consommé 9,5l/100, nous avons payé le litre de diesel entre 23 et 27 kr soit entre 2,3 et 2,7 €. c’est de loin notre principal, poste de dépense.

Il nous reste 45 km à parcourir pour rejoindre l’embarcadère de Langesund.

De la Norvège au Danemark 160 km

Nous y arrivons vers 10h00. le temps de vérifier l’enregistrement( ouf! on est au bon endroit, à la bonne heure, le bon jour…) Venant de nous, tout est possible!

En attendant 12h00 , recommandation de l’office de booking, nous allons faire une petite marche autour de 2 étangs hélas à sec. De retour à l’embarcadère nous sympathisons avec 2 motards de Savoie et de Nimes à qui nous offrons un bon café expresso.

Le ferry arrive à 13h00 et met 40 minutes à décharger ses camions, camping -cars, bus, véhicules de toutes sortes.

Enfin vient notre tour … Nous laissons CW avec Gaby en bas avant de monter sur le pont 7 , il y en a encore 3 au dessus de nous.

Nous devons arriver à Hirtshals à 19h30.

20h00, nous sommes au Danemark dans une forêt de pins.

Lundi 19 juillet 3 autres camping-cars nous ont rejoint. lever 16°

110 km de la forêt de Tversted à la même forêt de Tversted

Après un petit déjeuner bucolique, nous partons sur Skagen à la pointe nord du Danemark.

Le Port de Skagen est situé à Skagen dans le Nord du Danemark. Il contient un port industriel qui accueille l’industrie de pêche de la région ainsi qu’un port de plaisance. Il dispose également d’un chantier naval et d’installations de transformation du poisson. Skagen est la ville la plus au nord du Jutland, au Danemark. Elle a été rendue célèbre par la vivacité de l’École picturale à laquelle ce petit village de pêcheurs du XIXᵉ siècle a donné son nom.

Nous flânons sur le port et dans les rues piétonnes bordées de maisons jaunes, visitons un artisan souffleur de verre, une galerie d’art, un confiseur…

Je ne sais plus où j’ai garé ma voiture!

L’église nous invite à la visiter.

Puis les bonnes odeurs des restaurants le long du port nous ouvrent l’appétit : nous allons enfin faire un repas correct après 2 mois et demi de Norvège, cela nous manque terriblement .

Les norvégiens ne mangent à midi que des pâtisseries , sandwichs et glaces et boivent de grands cafés « filtre » et beaucoup de sodas.

Nous quittons cette petite ville pour nous rendre à Grenen où la mer du Nord se heurte à la mer Baltique.

Trop de monde pour poser CW : nous passons notre chemin pour nous poser un peu plus loin à Jerup.

Une grande plage à marée basse dévoile l’instinct viking de mon épouse qui ne résiste pas à se tremper dans les eaux du Kattegat, un bras de la mer Baltique.

Je n’ai bien sûr pas voulu rester sur la plage et me suis lancé à mon tour… je ne voulais pas renier mes racines viking.

Nous sommes ressortis de l’eau avec quelques traces de méduses…

Le coin, trop animé pour espérer une nuit tranquille, nous pousse à retourner à notre bivouac d’hier soir.

Mardi 20 juillet Lever 21° après une nuit très calme et reposante.

De Skagen à Nørre Vorupør.

Nous décidons de retenter la pointe de Grenen, espérant moins de monde !

Nous parvenons en effet à nous poser et partons pour une marche d’1/2 heure le long de la plage pour atteindre la pointe extrême du Danemark.

Grenen est un endroit très particulier. On avance jusqu’à la pointe nord du Danemark avec d’un côté la mer du Nord et de l’autre la mer Baltique. Arrivé au bout, on voit les deux mers s’entrechoquer. Aujourd’hui il fait très beau, et la mer est calme, alors on n’ a pas vraiment cet effet. Mais c’est tout de même très particulier tant géographiquement que par la beauté des lieux.
On peut aussi aller du parking jusqu’à la pointe en tracteur, car c’est assez long, il faut marcher environ 1,5 km sur la plage,

Nous avons privilégié la marche!

En cheminant, nous rencontrons quelques Gravelots à collier, un phoque et plusieurs Faucons crécerelles qui font du surplace au-dessus de nous têtes.

Grenen est la pointe de l’Europe avant la froide Norvège. Une longue bande de sable qui s’étire sur plusieurs kilomètres, avant de terminer en une étroite péninsule. Les mers Baltique et du Nord s’y affrontent en de tumultueux conflits de vagues.
La sensation est vraiment étrange quand on voit la mer arriver des 2 côtés de la plage, large seulement de quelques mètres à la pointe de la péninsule.
On se sent comme au bout du monde, sur cette étroite avancée de sable, les courants changeants interdisent toute baignade.

Nous reprenons la route, décidés à traverser le Danemark d’Est en Ouest. Le Danemark est plat, d’une platitude monotone, exaspérante, pas une rivière à traverser, pas un pont, pas un lac à longer seulement un ruban rectiligne bordé de cultures céréalières, de champs de pommes de terre en fleur et cela pendant 160 km, nous n’avons pas pris l’autoroute! Au cours de cette traversée, le thermomètre ne fait que grimper pour atteindre 36° vers 15h00. Est-ce la canicule?

Enfin, nous arrivons sur l’autre côté dans le parc naturel de Thy, une autre station balnéaire nous attend avec son flot de touristes et d’estivants.

Ah! Au fait!

Le Danemark est un pays scandinave qui regroupe la péninsule de Jutland et de nombreuses îles. Il est relié à la Suède, toute proche, par le pont de l’Øresund. Copenhague, sa capitale, accueille les palais royaux et le port coloré de Nyhavn, ainsi que le parc d’attraction de Tivoli et l’emblématique statue de la Petite Sirène.

Jeudi 21 juillet – 17° au lever dans une bonne brume de mer! – 220km aujourd’hui

De Nørre Vorupør à Ribe

Nous partons vers 9h00 en traversant le parc national de Thy avec un premier arrêt au phare de Lodbjerg 

La route côtière 181 se poursuit : nous prenons un ferry de Agger à Thyboron.

Nous arrivons juste à temps , et CW avait juste une petite place pour embarquer.

La route suit ensuite une bande de terre étroite entre fjord et mer .

Nous continuons ainsi notre descente du Danemark, toujours aussi monotone: les champs de pommes de terre en fleurs, de maïs, de céréales bordent toujours la route.

Nous flânons ensuite dans les rues de cette ville de Ribe qui fut fondée vers l’an 700, ce qui en ferait la plus vieille ville du Danemark.

Sa cathédrale.

La cathédrale de Ribe est une cathédrale romane.

 Sa construction a débuté en 1150 sous l’impulsion d’Elias, évêque de la ville. En 1175, l’abside et le chœur sont achevés, suivis de la nef quelques années plus tard. Les matériaux utilisés sont du granit du Jutland et du calcaire de Rhénanie du Nord.

L’orgue a été construit par Frobenius en 1973 et agrandi en 1994. L’instrument comporte 50 jeux.

Au xvie siècle, le prédicateur luthérien Hans Tausen fut évêque de Ribe. Une statue de Hans Tausen fut érigée en 2004, en son honneur, devant la cathédrale de Ribe

Enfin nous posons CW au bord de la mer des Wadden où est en cours un reportage météo de la chaine danoise TV2 .

Vendredi 22 juillet – lever avec 14° au bord de la mer des Wadden 506 km

De Ribe à Göttingen

La mer des Wadden  est la zone côtière de la baie Allemande en mer du Nord. Délimitée par les îles de la Frise, elle s’étend sur 450 kilomètres du Helder aux Pays-Bas à Esbjerg au Danemark, en couvrant une superficie d’environ 10 000 kilomètres carrés.

Depuis le 26 juin 2009, certains sites de la mer des Wadden en Allemagne, aux Pays-Bas et au Danemark sont inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. De plus, la mer des Wadden est reconnue au titre de réserve de biosphère par l’UNESCO depuis 1990.

Nous programmons « domicile » sur notre GPS et constatons qu’il nous reste 1100 km à parcourir.

Nous descendons donc le Danemark puis arrivons à Hambourg : travaux, circulation intense et bouchons nous désespèrent quelque peu.

Mais hélas ce cocktail désagréable fut récurent jusqu’à Göttingen où nous avions passé notre première nuit de notre Road-Trip, il y a 12 semaines!

Et si nous repartions pour un tour? Ah non, les enfants nous attendent ! peut-être?

Samedi 23 juillet 580 km 17° au lever

De Göttingen à notre domicile 580 km

Nous partons de bon heure pour éviter la galère d’hier, mais…

Encore des autoroutes allemandes déplorables ! Les conditions de sécurité sont limites : mauvaise signalisation, revêtement chaotique, parkings et aires insuffisants ne permettant même pas les arrêts repos! Tout cela occasionne des dizaines km de bouchons, et bien sûr des accidents.

Notre pays peut donner des leçons…

De retour chez nous, la sècheresse sévit mais ne décourage pas les mauvaises herbes…

CW a parcouru 13210 km – CW a consommé 9,5l /100 , et a roulé pendant 243 heures

Nous avons parcouru 262 km à pieds

Nous avons effectué 520 km en ferry

Dimanche 24 juillet – Première nuit à la maison –

Fin de la 12ème semaine

Fin de notre road-trip en Scandinavie

Pour faire le bilan , voici un petit florilège d’adjectifs caractérisant notre road-trip

Stupefiant

Amusant

Resplendissant

Excitant

Méritant

exaspérant

exaspérant

inexistant

refroidissant

lassant

exorbitant

époustouflant

ardent

changeant

étonnant

absent

étonnant

motivant

abondant

rassurant

stupéfiant

divagant

déroutant

décoiffant

attristant

déconcertant

débordant

incohérent

glaçant

flagrant

bruyant

assourdissant

frustrant

verdoyant

amusant

inquiétant

Transparent

Interressant

imposant

les transports en Ferry

les trolls et leur culture associée

Le eaux turquoises des fjords

la beauté de la trollstingen

les norvégiens habitant des régions inhospitalières

le nombre d’allemands en Norvège

les autoroutes allemandes et leur piètre qualité

la gastronomie norvégienne

l’indifférence du norvégien

Les routes danoises

le coût de la vie en Norvège

le soleil de minuit

le soleil au dessus du cercle polaire

le temps (météo ) heure par heure

les paysages que l’on découvrira demain

une architecture en pierres

l’architecture des maison toutes à ossature bois

densité faunistique et floristique

Ponts et tunnels

la sécurité et le respect d’autrui

Les dénivelés vertigineux

Les animaux en liberté sur les routes: rennes vaches et moutons

l’absence de vente de poisons dans les ports

Le vent et ses sautes d’humeur

Le recul des glaciers

l’impossibilité de visiter un élevage de saumons

Fleuves, torrents et cascades

organisation des rayons en supermarché

le grondement des éboulis

Le nombre de voitures électriques

les colonies de mouettes tridactyles

Le grondement des rapides

la réglementation de vente d’alcool

les vallées

Les convois suivez « ledébil »

la monstruosité des rayons confiseries des susuperettes

les cours d’eau et les fjords

les églises en bois debout

les massifs montagneux qui bordent les fjords

Road trip en Norvège semaine 7

Notre road trip en Scandinavie Semaine 1 Cliquez ICI

Notre road trip en Scandinavie Semaine 2 Cliquez ICI

wNotre road trip en Scandinavie Semaine 3 Cliquez ICI

Notre road trip en Scandinavie Semaine 4 Cliquez ICI

Notre road trip en Scandinavie Semaine 5 Cliquez ICI

Notre road trip en Scandinavie Semaine 6 Cliquez ICI

Lien vers la 8 ème semaine: Cliquez ICI

Lien vers la semaine 9 Cliquez ICI

Lien vers la dixième semaine Cliquez ICI

Lien vers la onzième semaine cliquez ICI

Lien vers douzième semaine cliquez ICI

Itinéraire complet de notre Road-trip en Scandinavie. (en construction) ICI

Lundi 13 juin – Encore une semaine de passée, nous avons parcouru 7285 km et CW a consommé 9,4l/100 km

De Moskenes à Bodø

Ce matin lever très pluvieux et très couvert , nous sommes dans la brume et n’avons aucune vue sur les sommets environnants. Mais pour nous c’est une journée de transition , nous avons en effet réservé le ferry pour Bodø – départ 14h45. Ainsi nous quittons les Lofoten.

Nous arrivons à l’embarcadère à 11h00 après les services d’usage et déjeunons de mes prises halieutiques de l’avant veille.

La traversée par Ferry nous évite 453 km et 2 jours d’une route que nous avons déjà parcourue.

-Un petit mot sur les rorbuer :

En norvégien, ror signifie « rame » ou « ramer », et bu, « petite maison ».

Le pluriel norvégien de rorbu est rorbuer.

Un rorbu est une cabane construite en bois, bâtie sur la côte norvégienne sur pilotis, directement sur les rochers. Généralement, un rorbu est peint de couleur rouge, avec des liserés blancs sur les côtés et autour des portes et fenêtres. On les trouve principalement dans le nord du pays, tout particulièrement dans les îles Lofoten.

Les rorbu ont été construits dans des régions de Norvège où la pêche (principalement la pêche à la morue) était une activité importante mais saisonnière, ayant lieu pendant les mois d’hiver . Ces cabanes permettaient un accès direct à la mer et un déchargement aisé des poissons. Souvent, plusieurs pêcheurs se partageaient le bâtiment. Dans certaines régions, les rorbuer appartenaient à des hommes d’affaires aisés qui les louaient aux pêcheurs. Actuellement, les rorbuer sont principalement loués aux touristes. Traditionnellement spartiates, ces cabanes ont été restaurées et leur intérieur modernisé.

Le camping choisi pour poser Cw est fermé! donc nous nous posons devant à côté de la rivière

Mardi 14 juin – 101 km de Bodø à Saltstraumen en passant par Fauske

De Bodø à Saltstraumen en passant par Fauske

Lever encore très pluvieux , il a plu toute la nuit..

Nous sommes à côté de l’aéroport de Bodø et le premier avion a décollé à 7h15.

Nous allons à 1 km de là, visiter le Norsk Luftfarstmuseum.

 Il s’agit du musée national de l’aviation et donc le plus grand de Norvège. équivalent du Bourget pour nous Français. Installé à l’endroit même de l’ancien aéroport et de sa tour de contrôle qui est visitable, il offre une reconstitution historique de l’aviation aussi bien militaire que civile, le bâtiment lui-même a la forme d’une hélice, vu du ciel. C’est l’occasion de plonger dans l’histoire et notamment 1910, date de l’arrivée des avions et aviateurs norvégiens…Il y a deux très grandes salles : une pour l’aviation civile, l’autre pour l’aviation militaire très richement agencées, on peut y voir des mises en scène très vivantes.

Après quelques courses au KIWI local ,nous déjeunons sur le parking du musée.

Nous partons ensuite sur Fauske où se trouve une station LPG. 50 km aller et 50 km retour pour trouver du GPL. il pleut toujours et nous sommes dans la brume.

Nous allons directement à Saltstraumen

Le Saltstraumen est un détroit de Norvège situé entre les îles de Straumøya et de Knaplundsøya qui forment un rétrécissement du Saltfjord. Il est connu pour ses courants de marée parmi les plus puissants du monde et pour être le candidat à la localisation du maelstrom.

Saltstraumen signifie donc « courant de Salten ».

Une configuration fait qu’entre chaque étale de marée, de grandes masses d’eau circulent par le détroit, plus de 400 × 106 m3, créant ainsi de forts courants de marée parmi les plus puissants au monde, jusqu’à une vitesse de vingt-deux nœuds soit 40 km/h, et des tourbillons atteignant dix mètres de diamètre et cinq mètres de profondeur. Au plus fort de la marée, la différence de niveau entre les deux parties du Saltfjord peut atteindre un mètre. En revanche, à l’étale, les niveaux s’équilibrent ce qui permet le passage d’embarcations sans difficultés particulières.

Quels remous, j’en suis tout retourné!

Ah oui , au fait, il pleut toujours alors pour faire sécher le linge c’est pas simple!

Mercredi 15 juin. 171 km de Saltstraumen à Furøy sur le Holandsfjord

De Saltstraumen à Furøy sur le Holandsfjord

Une matinée encore humide mais le temps est en voie d’amélioration…nous continuons notre descente vers le Sud en traversant des paysages hélas encore trop embrumés. Partout l’eau coule en d’immenses cascades.

Après avoir vu un élan , nous déjeunons en face du grand glacier Svartisen que nous approcherons demain.

Un glacier d’envergure

De par sa superficie de 370 km², Svartisen est le deuxième glacier de Norvège après le glacier de Jostedal. Il s’étend sur les communes de Meløy, Rødøy, Beiarn et Rana, entre le Holandsfjord, le Glomfjord et le Melfjord à l’ouest, et Blakkadalen à l’est.

Bien qu’il soit le glacier le plus bas du continent européen avant la dernière période de glaciation, Svartisen abrite plusieurs montagnes de plus de 1 500 mètres d’altitude. À l’ouest, le Snøtinden culmine à 1595 mètres, tandis que les pics du Sniptinden et d’Istinden à l’est se dressent respectivement à 1586 et 1572 mètres d’altitude.

Il y a de cela des siècles, les glaciers de cette région étiraient leurs « langues » jusqu’à la côte. Engabreen, un bras du glacier de Svartisen, s’étire aujourd’hui quasiment jusqu’au Holandsfjord. Toutefois, les changements climatiques au cours du siècle dernier ont provoqué un recul des glaces de près de deux kilomètres et ce, jusqu’aux années 1960. Le glacier a ensuite commencé à s’élargir dans les eaux mais ces dernières années, le processus de fonte a repris.

Nous posons CW au camping de Furøy et la magie opère, le soleil apparait!

C’est parti pour une partie de pêche où je fais 5 prises en 20 minutes sous l’oeil médusé de quelques autochtones!

LE REPAS DE DEMAIN MIDI

Nous en profitons pour effectuer un petite marche sur la presqu’île au milieu des tourbières et des plantes carnivores.

Au fait! les chaussettes sont enfin sèches!

A l’aurore boréale , j’ai dessiné un cercle

Tracé  en bleu et blanc sur des terres aquarelles

Une ligne  inscrite  au  milieu de l’arctique

Un trait  virginal  vers le zéro magnétique.

Jeudi 17 juin 15 km de Furoy au parking du ferry de Svartisen

De Furoy au parking du ferry de Svartisen

9h30- nous quittons Furoy et arrivons sur le parking. Le ciel est légèrement nuageux .

Sur le parking ,nous faisons la connaissance d’un couple de Suisses de Genève, ainsi que celle d’un couple de français de Cannes avec qui nous passerons la journée à randonner jusqu’au glacier: 11 km aller retour.

Le ferry qui nous emmène au pied du glacier doit partir à 11h00. 210 Kr par personne soit environ 21€.

Nous traversons donc le Holandsfjord en bateau, puis après une randonnée de 5,5 km balisée en bleu, nous arrivons au pied du glacier .

Un paysage à vous couper le souffle, la nature à l’état brut ; splendide, imposante.

Malheureusement, ici aussi, la glace recule très rapidement et le glacier rétrécit.

Un aperçu de la flore locale :

Les grassettes sont des plantes carnivores faisant partie de la famille des Lentibulariacées et du genre Pinguicula qui compte environ 75 espèces de plantes herbacées carnivores.

Nous finissons la journée dans le camion de François et Chantal qui nous ont gentiment conviés à prendre l’apéro avec un verre de rosé suivi de vin de Cahors et accompagnés de quelques tranches de saucisson d’élan. Après l’effort le réconfort!

Vendredi 17 juin 120km

Départ de Furøy en continuant sur la route 17 en direction du Sud – 14° au lever.

De Furøy à l’île de Lovund

15h00 : nous en sommes à notre 3 ème ferry pour atteindre Lovund et ses macareux.

En chemin, quelques dauphins nous font une courte visite.

Lovund est une île et un village de la municipalité de Lurøy, dans le comté de Nordland, en Norvège. L’île est située à l’ouest des îles Solvær et au sud-est des îles Træna. Lovund est remarquable pour la grande colonie de reproduction de macareux située sur le versant nord rocheux de l’île.